Le cimetière de Saint-Gilles est installé depuis 1895 avenue du Silence à Uccle derrière le crématorium. Les 11,6 hectares et les 3 km d’avenues et chemins ont connu 200.000 inhumations en 125 ans.

Et ce cimetière renferme de nombreux monuments d'intérêt artistique ou historique, et les styles les plus variés s'y côtoient.

Après un premier classement de 6 tombes (en 1991 et en 1997), la commune demande le classement de vingt monuments dont une grande partie d’artistes, comme les tombes de Jef lambeaux, Pierre Paulus de Châtelet, Franz et Jean-Jacques Gailliard et les sculptures d’Eugène Canneel, Paul Du Bois, Henri Puvrez et le magnifique bronze " Le silence de la tombe " de Julien Dillens qui orne l’entrée.

Pour Charles Picqué, le bourgmestre de Saint-Gilles "cet ensemble témoigne de ce que Saint-Gilles, depuis le 19e siècle, a toujours été une terre d’artistes. Nous souhaitons également mettre à l’honneur des personnalités qui ont marqué notre histoire".

Victor Boin fut le premier athlète au monde à prononcer le serment olympique aux Jeux d’Anvers en 1920 ; Henri Pirenne a incarné la recherche historique en Belgique ; Joseph Jacquemotte, membre fondateur du parti communiste, bénéficie d’un monument étonnant de type constructiviste.

Enfin, il s’agit de figures combattantes et résistantes, comme Jean-Joseph Michel et Arnaud Fraiteur, figure emblématique de la résistance.