Plusieurs parents d’élèves fréquentant les écoles communales de Saint-Gilles sont inquiets. 

Comme relayé par la RTBF, ils ont reçu un courrier provenant du service Enseignement de la commune les obligeant à remplir, pour la nouvelle base de données SIEL (signalétique élèves) de la Fédération Wallonie-Bruxelles, une fiche de renseignement relative à des données privées.

Le formulaire demande notamment des renseignements tels que le pays de naissance des parents, leur profession et leur niveau d’étude. "Le questionnaire était à remettre dûment complété et dans l’urgence le 21 janvier, soit trois jours plus tard, alors que la circulaire envoyée à la commune précise que c’était pour le 30 septembre", s’est étonné Catherine Morenville, de l’opposition Écolo, qui interpellera le collège lors du prochain conseil communal.

"La commune a dépassé ses prérogatives et s’est montrée pressante gratuitement envers les parents d’école", ajoute la conseillère communale. "En plus du délai de réaction extrêmement court laissé aux parents, ce courrier indique que, si l’une des données est manquante, l’ensemble du dossier d’inscription de l’élève sera refusé, entraînant une perte d’encadrement et donc un coût pour la qualité de l’enseignement dispensé aux enfants", ajoute Catherine Morenville.

Selon elle, ce courrier ne fournit que peu, voire pas d’explications quant à l’intérêt de procurer ces données. "Toute collecte de données doit indiquer le but précis du traitement qui en sera fait, or ce n’est pas le cas dans ce formulaire. De plus, il apparaît qu’il n’est pas nécessaire d’encoder la profession des parents dans le logiciel SIEL, mais seulement leur niveau de diplôme. Cette information a été confirmée par la réponse de la ministre Milquet à une question de Barbara Trachte (Écolo, NDLR) le 2 février", ajoute-t-elle.

L’échevin de l’Instruction publique, Alain Hutchinson (PS), répondra à l’opposition lors du prochain conseil communal, mais reconnaît "une malheureuse tournure de phrase dans le courrier car tel qu’expliqué, certains parents ont pensé qu’ils perdraient leur inscription si le document n’avait pas été rendu à temps, mais c’est faux".

Concrètement , l’application SIEL permet d’améliorer la collecte et la gestion de la très grande quantité de données nécessaires au suivi des inscriptions d’élèves. "La Fédération Wallonie-Bruxelles s’est dotée de ce nouveau logiciel pour lequel les écoles de la Région bruxelloise ont été choisies comme établissements pilotes", explique le cabinet du bourgmestre, Charles Picqué (PS). "Il n’y a pas de perte d’inscription en cas de non-respect du délai, mais ce formulaire est important pour que la commune puisse prévoir l’encadrement et les subsides qui seront octroyés à l’établissement scolaire."

A. F.