Bruxelles

Les estaminets se trouvent dans le quartier du Midi.

Deux cafés saint-gillois, Le Laboureur et La Ruche, sont désormais classés. Situés dans le quartier du Midi, ils s'inscrivent dans la typologie des brasseries bruxelloises du début du XXe siècle. Ce jeudi, le gouvernement bruxellois a décidé de classer comme ensemble les façades avant des immeubles ainsi que les salles de consommation du rez-de-chaussée, en ce compris les éléments de décor qui en font partie intégrante, des cafés, situés boulevard Jamar 1a et 1b.

"Les cafés font partie de l’identité d’une ville. Méconnus, emblématiques et en danger, ces deux établissements méritent une protection. Nous les avons donc classés, a déclaré Pascal Smet (one.brussels), le secrétaire d'Etat en charge de la protection du patrimoine. Leur façade de style éclectique d’inspiration néoclassique date de 1875. Elles témoignent de ce qu’était la place de la Constitution lors de l’implantation de la gare du Midi. Mais nous avons voulu aller plus loin en préservant l’intérieur du bâtiment et notamment les peintures et le vitrail. Car l’atmosphère qui se dégageait de ces espaces doit être protégée et conservée. Les estaminets de l’époque sont parfois les derniers témoignages d’une réalité aujourd’hui disparue." 

Le classement de ces deux cafés vient s'ajouter à la liste déjà appréciable des cafés et estaminets bruxellois protégés. Parmi eux, des estaminets typiques du centre-ville, installés dans des maisons anciennes, comme La Fleur en papier Doré, l'Estrille du Vieux Bruxelles ou l'estaminet du Théâtre de Toone.