Une fois le confinement levé, la commune souhaite trouver un logement durable pour ce public précarisé.

Le 27 mars dernier, la commune de Saint-Josse décidait de réquisitionner le centre d'hébergement Van Gogh pour y héberger des personnes sans-abri.

Ce centre est opérationnel depuis le 6 avril et accueille désormais quelque 42 personnes sans domicile fixe. "En pleine période de confinement, il était devenu urgent de prendre des mesures pour éviter de laisser ce public précarisé dormir dans la rue", explique le bourgmestre de Saint-Josse Emir Kir. "Nous avons donc réquisitionné cet établissement et une partie du personnel. L'accompagnement social est lui assuré par le service prévention de la commune".

C'est ainsi qu'une quinzaine de collaborateurs du service prévention travaillent de manière polyvalente pour assurer un accompagnement sept jours sur sept.

"Le repas du matin est assuré par le centre, celui du midi par le CPAS et le repas du soir est préparé par les femmes bénévoles de l'association Héritage des Femmes", poursuit Emir Kir. "Une information a été faite aux habitants en amont et cela se passe très bien. Seule une petite plainte a été rencontrée à la suite d'un bruit émanant d'une chambre mais les règles ont été rappelées."

Les personnes sans-abri sont quasiment toutes issues de la commune. "Ils viennent de la place Saint-Lazare, de la gare du Nord, du quartier Nord, de la place Rogier, du quartier Botanique", précise Emir Kir. "Un rapprochement s’opère entre les sans-abri et les travailleurs sociaux et j’ai demandé aux services de prévention de réfléchir à une réintégration sociale de ces personnes vers un logement durable après la période de confinement. On observe que des liens se créént et le respect observé aujourd'hui nous pousse à réfléchir à des solutions de relogement, afin d'éviter de les renvoyer à la rue une fois le confinement levé."