Le candidat d'En Avant Saint-Josse l'accuse d'avoir tenté de l'agresser en pleine rue.

La tête de liste d'En avant Saint-Josse Thierry Balsat vient de porter plainte pour coups et blessures contre le frère du bourgmestre sortant Emir Kir. En cause ? "Il a essayé de m'agresser", dénonce Thierry Balsat alors qu'il était encore en train de déposer sa plainte au commissariat. "J'étais en train de prendre en photo une affiche d'Emir Kir collée sur une poubelle rue de la Prairie. Le frère d'Emir Kir m'a vu. Il a commencé à m'agripper pour me taper dessus. J'ai eu le temps de filer jusqu'à ma voiture juste à côté puis de partir. Il a tapé sur la portière de la voiture. Si je n'ai pas la voiture à trois mètres, je me fais tabasser. Je peux comprendre que cela ne lui plaise pas mais il peut simplement retirer l'affiche. Et m'insulter au passage s'il veut je m'en moque. Mais tenter de me taper dessus, on dépasse les bornes."

Au delà de cette agression, Thierry Balsat dénonce une campagne teenodoise excessivement musclée. "On ne compte plus les menaces envers les candidats adversaires d'Emir Kir. J'ai tiré la sonnette d'alarme il y a un mois et demi. Personne n'a réagi. Les candidats opposés à Emir Kir ne sont plus en sécurité ici à Saint-Josse-ten-Noode. La police communale est muselée par Emir Kir. Je fais faire appel à la police fédérale. Cette situation touche tous les candidats opposés à Emir Kir."

Emir Kir
© D.R.

Cet événement fait écho aux propos tenus par le co-président d'Ecolo Patrick Dupriez début septembre sur RTL-TVi : "Ce qu'il se passe à Saint-Josse aujourd'hui, pendant cette campagne électorale, est tout simplement scandaleux", a lancé M. Dupriez sur le plateau de l'Invité de Pascal Vrebos. "Il y a des pressions sur les candidats, il y a des candidats Ecolo qui ont été convoqués chez le bourgmestre pour les dissuader (de se présenter aux élections), on a téléphoné à leurs parents, à leurs familles, on a dit à une candidate qu'elle allait perdre son emploi et faire perdre le sien à son mari".

Le bourgmestre sortant Emir Kir avait balayé les accusation de Patrick Dupriez. "Arrêtez de raconter des histoires (...), arrêtez de vous poser en victime", avait répondu le socialiste. "Qu'il aille déposer plainte. La personne dont il est question (...), convoquée, je l'aurais interrogée pendant quatre heures et demie... Arrêtez avec ces simagrées et ces bêtises. J'ai rencontré l'intéressée plus d'une heure en présence d'une personne tierce, qui est son ami, que je connais également. Point", avait conclu Emir Kir.