Un incendie s'est déclaré mardi vers 14h20 sur le toit de la discothèque Le Mirano, située chaussée de Louvain à Saint-Josse-ten-Noode, a indiqué dans l'après-midi Walter Derieuw, le porte-parole des pompiers de Bruxelles.

L'intervention s'est prolongée en soirée. Il n'y a aucun blessé. Le bourgmestre Emir Kir est descendu sur place. C'est un faux plafond de 400 m2 qui a pris feu, plus précisément son matériel d'isolation. Les pompiers ont attaqué le feu par l'extérieur et sont montés sur les toits voisins pour opérer. Cela leur permet de travailler en sécurité, a expliqué Walter Derieuw. "Ils n'entrent pas dans Le Mirano, car ils ne savent pas ce qu'il se passe à l'intérieur. Quand on doit attaquer par l'extérieur, cela dure toujours plus longtemps car on voit moins bien ce que l'on fait".

Vers 19h00, les pompiers étaient encore en train de refroidir le toit. Les dégagements de chaleur sont contrôlés à l'aide de caméras thermiques. Des trous ont été percés à la tronçonneuse dans la toiture afin d'accéder au matériel d'isolation. L'incendie n'est pas encore éteint. "C'est du matériel d'isolation qui s'est embrasé, donc le feu couve", continue Walter Derieuw. "Il est difficile de savoir quand on pourra entrer dans le bâtiment pour estimer les dégâts". Il avance que la discothèque devrait tout du moins être fermée pour plusieurs jours étant donné les dégâts des eaux occasionnés.

Sophie Colignon, chargée de communication pour le groupe Art Blanc, confirme que des petits travaux de rénovation étaient en cours au niveau du toit. Les causes de l'incendie n'ont cependant pas encore été déterminées.

Une cellule de coordination a été mise en place avec la police, la commune et les équipes médicales.

Les deux bâtiments adjacent au Mirano ont été évacués. Un des bâtiments est occupé par un club, qui était vide à l'heure du sinistre. L'autre immeuble compte trois étages inhabités et un commerce au rez-de-chaussée. Seul ce dernier a dû fermer. Le bourgmestre Emir Kir a fait savoir dans l'après-midi que la salle omnisports Guy Cudell pourrait servir de centre d'accueil au besoin.

La chaussée de Louvain n'est pas ouverte à la circulation en journée, mais un périmètre d'intervention a été délimité. Les riverains de la zone qui étaient chez eux n'ont pas été évacués, mais ceux qui rentraient du travail en fin de journée n'ont pas pu franchir les barrières de sécurité pour regagner leurs domiciles. Des discussions ont été entamées avec la police et il a finalement été décidé de les laisser rejoindre leurs logements, mais accompagnés par des policiers.

© D.R.