La locale d'Ecolo dénonce l'insécurité du quartier Nord de Saint-Josse tandis que le bourgmestre annonce de nouvelles mesures.

Le quartier Nord de Saint-Josse a été le théâtre d'un nouvel incident ce mardi soir. Vers 19h45, la police a été appelée pour une bagarre générale du côté de la rue de la Rivière. A son arrivée, plusieurs personnes se sont enfuies tandis que celles qui sont restées ont donné des explications "peu claires" aux policiers, indique la porte-parole du Parquet de Bruxelles, Willemien Baert.

"Selon deux témoins, deux autres personnes se sont réfugiées dans une maison de la rue de la Rivière et l'une d'elles avait une arme à feu. Un périmètre de sécurité a été dressé et, comme la situation pouvait être dangereuse, une brigade d'intervention de la police Bruxelles-Nord a été appelée en plus des autres patrouilles." La brigade est intervenue pour sortir les deux individus de la maison. Ces derniers n'ont pas opposé de résistance. “Plusieurs personnes se sont alors attroupées autour du périmètre de sécurité, et sont devenues de plus en plus hostiles avec la police. Mais cela s’est rapidement calmé”, précise la porte-parole. Le parquet a ouvert une enquête. Les deux suspects âgés de 21 et 38 ans seront prochainement auditionnés et la maison fouillée à la recherche de l'arme mentionnée par les témoins. 

Face à cette situation, la locale Ecolo-Groen de Saint-Josse dénonce le manque d'action des autorités communales. "Dans ce quartier, c’est tous les jours que les habitants sont confrontés aux incivilités, à la violence, à l’insécurité." Trafic de drogue, tapage nocturne, traite d'êtres humains et insalubrité : les maux du quartier sont nombreux selon le conseiller communal Pascal Lemmaire. "La nuit, les habitants ferment leurs fenêtres malgré la chaleur tant les cris, rixes, conflits, bris de verre et crissements de pneus sont fréquents et les empêchent de dormir. Le jour c’est le sang, les excréments et autres salissures de la nuit qu’ils récurent sur leurs trottoirs. Malgré les efforts des employés de la propreté publique, les détritus jonchent le sol et la saleté est omniprésente, tout comme l’odeur d’urine."

Saint-Josse : Une ordonnance pour interdire la consommation d'alcool en rue
© D.R.

De son côté, le bourgmestre socialiste Emir Kir minimise les faits. "Il y a parfois des problèmes dans le quartier mais dire qu'il est délaissé par la commune relève de la mauvaise foi. Nous avons voté des plans d'action contre le trafic de drogue et le trafic d'être humain. Et le commissariat permet à la police d'être plus présente." Une réponse qui ne convainc pas les Verts : "Les prostituées sont des coupables trop faciles. En les visant, la commune apporte de fausses solutions aux vrais problèmes du quartier. Et le commissariat, à l’apparence d’une petite forteresse repliée sur elle-même, n’a malheureusement que peu d’impact sur la sécurité des habitants."

L'édile annoncera de nouvelles mesures à partir du mois de septembre, après s'être concerté avec la police. Il a d'ores et déjà passé une ordonnance interdisant la consommation d'alcool sur la voie publique, à l'exception des terrasses attenantes aux débits de boisson, dans le quartier délimité par les rues Brabant, Aerschot, Verte, Prairie, Linné et Rivière, de 22h à 9h du matin. La mesure, entrée en vigueur le 19 juillet dernier, est valable jusqu'au 31 octobre 2019 inclus.