Dans le quartier, on déplore une augmentation des agressions envers les filles.

Une prostituée a été retrouvée inanimée par le propriétaire de la carrée qu'elle occupait ce matin vers 5 h. Elle a été rouée de coups. "Quand je suis descendu, j'ai trouvé la porte de la carrée ouverte et la lumière allumée... Je suis entrée puis j'ai vu la fille par terre", témoigne le propriétaire de l'immeuble. " Elle était inconsciente, complètement KO. Elle était très amochée, son visage était complètement boursouflé. Son visage ressemblait à une grosse tomate, on ne voyait même plus ses yeux", confie celui qui a appelé les secours. 

La victime travaille dans le quartier depuis quelques semaines. "Elle n'a pas de carrée", confie un habitué des lieux. "Il s'agit soit d'une vendetta entre groupes de filles qui veulent contrôler le secteur soit d'un client particulièrement déséquilibré." La victime a été transportée aux urgences de l'hôpital Saint-Jean. 

Pour ce propriétaire, les agressions envers les filles sont en recrudescence depuis quelques semaines. "Avant, c'était une fois tous les 15 jours, trois semaines. Maintenant, c'est en moyenne deux par week-end." Cette position est infirmée par la zone de police Nord (Schaerbeek, Evere, Saint-Josse) qui assure que ce type d'agression est très rare.

"Logique", rétorque le propriétaire " car très peu de filles portent plainte. Le mois dernier, un Africain faisait le tour des carrés puis agressait les filles pour leur voler leur recette. Il était armé. Jusqu'au jour une fille s'est rebellée. Et elle s'est aperçu que l'arme du voleur était chargé à blanc. Personne n'a jamais porté plainte."

Pour le conseiller communal Thierry Balsat, il pourrait s'agir d'une guerre des gangs entre deux réseaux de prostitutions particulièrement actifs dans le secteur depuis quelques semaines.