Dire que le plan hivernal d'hébergement des sans-abri mis en oeuvre à partir de vendredi a été retardé pour des motifs budgétaires est faux, a affirmé vendredi la ministre bruxelloise en charge de l'Aide aux Personnes Céline Fremault (cdH). Il n'est par ailleurs pas établi que mort d'un SDF survenue au cours du week-end dernier soit la conséquence des conditions météo rigoureuses et de l'absence de dispositif d'accueil dans ces conditions. L'enquête en cours devra déterminer les circonstances de ce malheureux décès, a-t-elle dit.

Mme Fremault était interrogée notamment par Evelyne Huytebroeck (Ecolo) au sujet du report du plan "grand froid" et du financement prévu par l'autorité fédérale, mais aussi par Mathilde El Bakri au sujet des circonstances du décès d'un personne sans abri, que celle-ci a attribué aux premières rigueurs de la météo à l'approche de l'hiver.

Selon Mme Fremault, il n'est pas exact de prétendre que le plan hivernal a été reporté pour des raisons budgétaires, d'autant que les montants prévus par la Commission Communautaire Commune pour la période 2014-2015 ont été provisionnés bien à temps.

L'intervention du gouvernement fédéral pour le dispositif hivernal de deuxième ligne n'a pas non plus été reportée. La secrétaire d'Etat fédérale chargée de la Lutte contre la pauvreté, Elke Sleurs (N-VA), a visité la semaine dernière le bâtiment y réservant 400 places à Schaerbeek à partir du début du mois de décembre, "comme chaque année", a ajouté la ministre cdH.

Le report dont l'inspection des finances a fait état porte, d'après elle, sur l'enveloppe de 50.000 euros que chacun des CPAS des cinq grandes villes du pays reçoit dans le cadre plus général de la lutte contre le "sans-abrisme".