Depuis fin janvier, l'église du Béguinage est occupée par des personnes sans-papiers. L'objectif de cette occupation : augmenter la pression pour une régularisation collective. Cependant, le secrétaire d'État à l'Asile et la Migration a déclaré à plusieurs reprises qu'il ne consentirait pas à une régularisation collective. Une concertation avec la Coordination des sans-papiers et des organisations de la société civile a eu lieu ces derniers mois.

Aujourd'hui, Sammy Mahdi s'est pour la première fois entretenu personnellement avec des représentants des occupants. "J'ai déjà fait plusieurs tentatives pour me mettre autour de la table avec les représentants. La dernière chose que je souhaite, c'est que les choses s'enveniment et que cela tourne à la confrontation. Certains militants instrumentalisent les sans-papiers et cela me frustre. En leur faisant scander des messages haineux et en cherchant la confrontation, ils montrent déjà clairement qu'ils ne cherchent pas de solution."

Selon Mahdi, il est particulièrement important que les gens reçoivent des informations correctes et réalisent qu'il n'y aura pas de régularisation collective. "C'est horrible que des gens vivent pendant des années sans papiers, cela ne les aide pas. Toute personne a le droit de demander l'asile et la régularisation. Mais s'il apparaît que les personnes n'ont pas besoin de protection internationale, les règles doivent être respectées."

Face à la frustration de personnes sans-papiers vis-à-vis de la longueur des procédures, Mahdi a promis d'augmenter rapidement les effectifs, afin que les gens obtiennent une réponse plus rapidement et sachent où se situera leur avenir. "Je comprends les circonstances particulièrement difficiles dans lesquelles se trouvent les sans-papiers. Ma porte sera toujours ouverte au dialogue et chaque dossier continuera à être évalué individuellement."