Bruxelles

L'opération "Trash" a été organisée conjointement par le service de Propreté publique schaerbeekois et la zone de police Bruxelles Nord.

Ce vendredi 1er mars, une opération "Trash" a été menée par le service communal en charge de la propreté publique à Schaerbeek et la zone de police Bruxelles Nord. Cette opération de répression ciblait la rue d'Aerschot, théâtre de nombreuses incivilités. Au total, 38 procès verbaux ont été dressés sur une période de 20h à 2h30 du matin.

« C’est la 1ère fois que je participais à l’une de ces opérations depuis que je suis Echevine de la Propreté publique à Schaerbeek. Le dispositif de cette opération est très impressionnant. Il y avait une vingtaine d’agents de police et d’agents communaux qui ont travaillé sur le périmètre de la rue d’Aerschot. Ensemble, ils surveillaient les moindres faits et gestes suspects pour pouvoir prendre en flagrant délit les personnes qui jetaient leurs déchets par terre, urinaient contre un mur, déposaient des encombrants, … Et leur travail a porté ses fruits ! » se réjouit Deborah Lorenzino (Défi), échevine de la Propreté publique à Schaerbeek.

A la fin de cette action conjointe, 10 verbalisations pour avoir uriné sur la voie publique, 2 pour avoir déposé sauvagement des encombrants, 2 pour avoir sorti des sacs poubelle non conformes et 24 pour des salissures en tous genre (papiers, canettes, …) ont été dénombrés. 1 820 euros ont été perçus immédiatement auprès des personnes qui n'étaient pas domiciliées en Belgique afin de s'assurer qu'elles s'acquittent bien du montant dû.

« Schaerbeek est une commune très dense et dans laquelle il y a beaucoup de passage. Nous constatons donc qu’elle est de plus en plus salie et nous ne voulons pas que cela devienne une fatalité. Nous appliquons une tolérance zéro face à ceux qui ne respectent pas les bons gestes. Les Opérations Trash sont un des moyens pour faire respecter notre cadre de vie. Qui a envie de tomber nez à nez avec un vieux divan en sortant de chez lui ou de voir son quartier rempli de déchets ? En parallèle, nous travaillons également le volet préventif avec notre cellule pédagogique qui a pour vocation d’éduquer au respect de la propreté et de la nature», conclut Deborah Lorenzino.