Les Schaerbeekois sont venus en nombre apporter des vêtements et nourriture à destination des victimes du drame de mercredi.

Un jour après l’incendie qui a ravagé une habitation du troisième étage de la rue Fernand Séverin, à Schaerbeek, et qui a coûté la vie à une dame enceinte âgée de 37 ans, la solidarité s’organise pour venir en aide aux familles évacuées, et relogées par le Foyer schaerbeekois.

C’est notamment le cas de l’ASBL La Gerbe, basée à quelques mètres de l’habitation incendiée. "Ici, nous servons de point de relais aux personnes qui veulent apporter de l’aide aux victimes. Ils nous amènent à la fois des denrées non périssables, mais aussi des vêtements et des jouets", explique Damien Rixen, assistant social de l’ASBL.

"Nous sommes un service d’aide en milieu ouvert et on travaille principalement avec les jeunes du quartier. On a été informé mardi de l’incendie qui s’est déclaré dans l’habitation. L’ASBL Espace Locataires nous a alors contactés pour que nous lancions une récolte de vêtements et de nourriture, ajoute Damien Rixen. Nous avons donc contacté nos jeunes, leurs parents et publié un message sur les réseaux sociaux pour expliquer ce qui s’était passé et solliciter leur aide."

La solidarité s’est donc rapidement organisée. Résultat : l’ASBL a reçu énormément d’affaires et est aujourd’hui à saturation. "Je me doutais que la solidarité allait fonctionner, mais pas à ce point !", explique de son côté Marie Trekker, autre assistante sociale de l’ASBL.

Vêtements, nourriture, jouets, boîtes de conserve, café, huile d’olive, vivres non périssables et de nombreuses couvertures: les Schaerbeekois ont amené un tas d’affaires afin de venir en aide aux familles.

Les membres de l’ASBL expliquent que le surplus de vêtements et de dons sera distribué à des associations qui viennent en aide aux personnes sans-abri. "Une chaufferie a été ouverte à la chaussée de Helmet où nous distribuerons le surplus, ainsi qu’à la Croix-Rouge", ajoute Damien Rixen.

Les biens récoltés par les associations vont être centralisés par l’ASBL Espace Locataires, qui se chargera de les distribuer aux victimes actuellement relogées.