Le parti humaniste déplore notamment le changement de position des verts par rapport au site Josaphat.

"Ecolo joue au jeu du oui mais non", déclare Denis Grimberghs (CDH), tête de liste et troisième échevin à Schaerbeek, "j'ai l'impression que face aux électeurs, ils ne gardent pas une ligne claire."

Pour illustrer ses propos, le candidat CDH mentionne notamment le projet du site régional Josaphat, qui tarde à devenir concret. "La Région est propriétaire de ce site depuis 2007, ça fait plus de 10 ans, et il devient donc urgent d'en faire quelque chose", déplore Denis Grimberghs. L'idée de créer à l'arrière de ce site de 26 hectares un quartier de 1.800 logements, avec une école et une crèche a donc été élaborée, "et approuvée en 2014 par le gouvernement". Depuis, alors que le projet a été amélioré et réétudié, à la demande de plusieurs parties, et présente une diminution des logements à 1.600 pour un quartier un peu moins dense, il rencontre l'opposition des riverains du quartier, et de certains élus écolo.

"Je comprends la résistance des riverains, mais je pense qu'il faut prendre ses responsabilités en main. Pourquoi Ecolo recule-t-il devant ce projet discuté depuis des années, alors que nous avions donné un avis favorable et unanime?", s'interroge l'échevin. "Je pense que c'est un manque de courage que de remettre en doute certains projets juste avant les élections, ça aurait été cohérent en cours de législature, mais ici on est dans une logique électorale."

Et cette réflexion de Denis Grimberghs tient de la récente déclaration du conseiller communal Arnaud Verstraete (Groen), fermement opposé au projet. "Ce site est une opportunité immense et l'idée est très mal conçue. Le plus gros problème pour moi c'est que la Région n'est pas transparente envers les habitants quand à ce projet. Il y a de réels enjeux concernant la mobilité, la densité, et la biodiversité qui s'est développée sur le site, et rien de tout ça n'est pris en compte selon moi."

Vincent Vanhalewyn (Ecolo), premier échevin schaerbeekois, affirme pourtant être dans la même lignée que le reste du collège. "Nous ne pouvons qu'émettre des avis, car nous ne pilotons pas le projet. De manière générale nous y sommes favorables, mais nous avons plusieurs interpellations à faire, la plus importante étant celle de la densité, car elle a aussi un impact sur la mobilité. Nous avons encore des questions à propos de ce projet, comme pour tous les autres projets régionaux en vue dans Schaerbeek."

Mais pour Denis Grimberghs, l'heure est à la prise de décision. "C'est le cas pour trop de projet, qui tout d'un coup posent problème. On doit prendre notre courage à deux mains, et assumer nos choix. Ce n'est pas parce que les élections arrivent qu'il faut tout d'un coup tergiverser."