Ce nouvel athénée communal, le quatrième établissement secondaire du pouvoir organisateur, s’appellera Olympe de Gouges, du nom d’une des pionnières du féminisme. Femme de lettres et publiciste française du 18e siècle, elle est l’auteure de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. Elle a également laissé de nombreux écrits en faveur de l'abolition de l'esclavage. "A travers ce choix, Schaerbeek marque son attachement au principe d’égalité homme-femme et souhaite rendre homme à toutes celles et ceux qui se sont battus pour le droit des femmes et les droits humains en général", explique Michel De Herde (Défi), échevin de l’Enseignement communal.

Il était initialement prévu que l’école s’implante avenue des Jardins. Cette localisation a suscité de nombreuses réactions des habitants du quartier, qui craignaient notamment de voir disparaître un espace de rencontre et de détente. Une réunion virtuelle s’est tenue avec les riverains le 18 janvier dernier. Au lendemain de la réunion, les autorités locales se sont mis à la recherche d’une alternative.

Il est aujourd’hui envisagé de construire l’athénée sur le site même de la gare Josaphat, en accord avec la Société d’Aménagement Urbain (SAU) de la Région bruxelloise, déclare la bourgmestre Cécile Jodogne (Défi). Il sera attenant à la future école fondamentale qui sera construite au sein du nouveau quartier.

La construction de ce nouvel établissement de 600 places est une réponse à l’essor démographique au sein de la population en âge d’être scolarisée en secondaire, précise la commune dans un communiqué. Une étude de l'Institut bruxellois de statistique et d'analyse (IBSA), publiée en 2019, prévoit un transfert progressif de la pression démographique à Schaerbeek du maternel et du primaire vers l'enseignement secondaire. L’IBSA prévoyait alors une augmentation de la population scolaire schaerbeekoise en secondaire de 26% à l’horizon 2024. Le nouveau quartier qui verra le jour sur le site de la gare Josaphat devrait par ailleurs accueillir 1 600 nouveaux habitants.

L’Athénée Olympe de Gouges, tout comme l’école fondamentale dont elle sera voisine, sera une école à pédagogies actives. "Il y a une volonté de répondre à la demande de ces nombreux parents. L’Athénée Olympe de Gouges permettra la mise en place d’un véritable continuum pédagogique avec les deux établissements scolaires à pédagogie actives", estiment Michel De Herde et Vincent Vanhalewyn.