Bruxelles Le visuel a été installé vendredi pour faire ralentir les automobilistes.

Un visuel surprenant a attiré l’attention des piétons et des automobilistes dans la rue Waelhem à Schaerbeek. Celle-là même qui a été le théâtre d’un accident grave avec délit de fuite jeudi. Une affiche avec de fausses vitrines de prostituées est présente depuis vendredi soir. Une initiative portée par une agence située dans la rue. L’action avait pour but de faire ralentir les automobilistes et ouvrir le débat sur la sécurité routière de façon particulière. Le visuel a rapidement fait réagir et le dialogue souhaité par les auteurs s’est transformé en polémique.

L’échevine de l’Égalité des chances de Schaerbeek, Sihame Haddioui (Ecolo) a critiqué la façon de faire de l’agence MortierBrigade. Elle dit regretter profondément l’utilisation d’une violence pour en condamner une autre. "Il n’est pas acceptable d’instrumentaliser les travailleuses du sexe pour produire une affiche qui essentialise tant les femmes dans un rôle d’objet sexuel que les hommes dans celui de prédateur. Si la sécurité routière est une priorité à Schaerbeek, elle ne peut se faire au détriment de la banalisation du sexisme et de la culture du viol pour laquelle l’échevine applique la tolérance zéro", développe l’édile. Un avis qui est partagé par plusieurs responsables politiques qui en ont fait part sur les réseaux sociaux. C’était notamment le cas de Zakia Khattabi (Ecolo) et de la députée bruxelloise PS, Leila Agic. Cette dernière demande que l’affiche soit retirée dans les plus brefs délais.

L’initiative est donc loin de faire l’unanimité, mais elle est aussi soutenue comme le montrent certaines réactions sur les réseaux sociaux. Un débat qu’avait déjà pressenti Joost Berends, directeur de création et fondateur de l’agence MortierBrigade quand nous l’avons rencontré ce samedi : "Notre initiative peut paraître surprenante, mais on ne voulait pas juste mettre une phrase chiante. C’est sûr que la vitrine est originale. On aurait pu prendre une image de vendeurs de légumes, mais c’était moins impactant. On a déjà beaucoup de commentaires positifs notamment sur les réseaux sociaux. Après, il y a toujours des gens qui ne sont pas contents."

Pour rappel l’installation du visuel fait écho à l’accident grave de ce jeudi dans la rue Waelhem. L’objectif des auteurs était de faire un parallèle avec la rue qu’ils jugeaient la plus calme de Schaerbeek, la rue d’Aerschot.