Bruxelles

Le CDH déplore le manque d'implication du bourgmestre de Schaerbeek depuis le début de la campagne électorale et pendant les négociations en vue du prochain gouvernement bruxellois.

En décembre dernier, une nouvelle majorité s'est installée à Schaerbeek; toujours menée par le bourgmestre Bernard Clerfayt (Défi) à la tête du groupe Défi, aux côtés d'Ecolo Groen. Six mois plus tard, l'opposition dénonce une absence de cette dernière et un manque d'assiduité face à certains projets. En cause? La campagne électorale en vue du triple scrutin de ce mois de mai, directement suivie par les négociations pour un futur gouvernement bruxellois.

Comme dans toutes les communes, des membres de la majorité de Schaerbeek ont joué le jeu de la campagne électorale en vue des élections. Parmi eux, le bourgmestre Bernard Clerfayt, qui, en plus, était candidat ministre président à la Région. Actuellement, la campagne et les élections sont terminées. Mais les négociations en vue de la formation d'un nouveau gouvernement bruxellois battent leur plein et prennent le temps de ceux qui sont impliqués.

Cédric Mahieu, conseiller communal CDH, déplore une trop grande implication dans cette campagne de la part de la majorité, au détriment de la bonne gouvernance de la commune. "Ces derniers mois, il y a comme un manque de souffle à Schaerbeek, un manque de vision depuis la campagne électorale." Pour appuyer ses propos, l'humaniste regrette notamment le fait qu'il n'y ait toujours pas de brigade cycliste dans les rues. "Il y a encore beaucoup à faire en matière de sécurité routière à Schaerbeek, on le comprend bien avec les événements récents. Cela fait plusieurs mois qu'on nous promet une brigade cycliste et il n'en est rien."-

En outre, Cédric Mahieu rappelle qu'il n'y a toujours pas de nouveau règlement d'ordre intérieur. "Un premier projet avait été amendé en mars dernier car il limitait la participation citoyenne. Depuis rien n'a été fait. Six mois après les élections, nous sommes toujours avec l'ancien règlement qui régit les conseils communaux."

Le parti humaniste reproche également à la majorité de trop tergiverser sur certains dossiers. "On travaille sur le projet du Mediapark depuis 2010. En mars dernier ils remettent un avis négatif pour finalement rendre un avis différent qui dit 'oui, mais...'. Il y a des incertitudes concernant le centre sportif intégré qui est pourtant promis depuis un moment." Enfin, le CDH dénonce parle d'"un cadre financier et un plan de gestion financière de la commune et du CPAS qui ne tiennent pas la route et mettent en péril l’équilibre budgétaire à moyen terme."

De son côté, le cabinet du bourgmestre Bernard Clerfayt admet: "Il est vrai qu'une campagne suivie des négociations, ça prend énormément de temps. Mais cela n'a diminué en rien l'implication totale de Bernard Clerfayt dans sa commune, qui reste sa priorité. Il est moins présent en journée et travaille plus tard le soir, mais continue de suivre tous les dossiers. Si certains avancent moins vite ou pas du tout, c'est parce qu'ils sont plus complexes", explique Marc Weber, chef de cabinet de l'édile.