Parmi les points au programme du conseil communal de Schaerbeek ce mercredi, la modification du règlement relatif à l'exercice et à l'organisation des activités ambulantes sur les marchés publics. Rien de surprenant jusque là. Mais en épluchant le document, la conseillère communale Claire Geraets (PTB) constate que seuls cinq marchés y sont cités.

Le marché du vendredi matin de la rue Royale Sainte-Marie a en effet été supprimé le 1er novembre dernier, en raison des nombreux et lourds chantiers à réaliser dans le périmètre. En juin dernier, les autorités locales ont cependant annoncé la création d'un nouveau marché devant s'installer sur la place Lehon et autour de l'église Saint-Servais. "L'échevine de la Dynamisation économique avait promis un plan pour juillet puis pour septembre 2020 et on a rien vu venir. Pourtant, les commerçants du marché, qui réuni quelque 4 000 personnes par semaine, ont remis une proposition à la commune. Après un an de pandémie, tout le monde a besoin de ce marché : les commerçants mais aussi le public populaire du quartier qui y trouve beaucoup d'articles à un prix avantageux."

L'échevine Lorraine de Fierlant (LB) assure de son côté qu'une alternative au marché de la rue Royale Sainte-Marie est toujours d'actualité. "Nous travaillons sur la création du marché Saint-Servais. Ce qui sera voté au conseil communal est un règlement global réorganisé pour être plus lisible et plus flexible pour les marchands. Nous souhaitons d'abord régler le cadre législatif avant de mettre en place le nouveau marché, histoire de faire les choses dans l'ordre."

Un appel à candidatures pour les marchands ambulants sera lancé dans les prochaines semaines. "Nous avons pris en compte certaines propositions des marchands mais nous n'avons pas pu reprendre leur plan tel quel car il y a des règles de sécurité, de présentation et de mobilité à respecter. On est en train de réfléchir à la façon de leur offrir un beau marché pour cet été. Ce sera normalement pour juin, en fonction des travaux de Vivaqua dans le quartier." Le nombre de marchands va cependant être réduit. "L'ancien marché comptait 91 marchands abonnés et une trentaine de volants, ce qui devenait assez difficile à gérer. Il sera impossible de réinstaller autant de marchands mais on fait au mieux."

Des nouvelles qui ne font pas les affaires des commerçants. "On avait mesuré la place et les alentours de l'église et il y avait assez d'espace pour les nonante marchands. Malgré tout, la commune a sous-entendu que seule la moitié serait reprise. Et encore, l'appel à candidatures sera ouvert à tous donc les marchands de l'ancien marché n'auront même pas spécialement de priorité pour le nouveau, déplore Abdelaziz Lamssoudi, commerçant responsable du marché du vendredi. On nous avait promis que le marché pourrait ouvrir à partir du mois d'avril mais apparemment, leurs promesses sont bidon. On a peur que ça traîne encore et encore."