Mauvaise surprise pour les Schaerbeekois(es) qui se sont rendu(e)s à la maison communale ce mercredi matin : l’ensemble des services à la population sont pour l’heure indisponibles. En cause, un chantier Vivaqua rue Général Eenens, à quelques mètres de la place Colignon. En travaillant, les ouvriers ont endommagé un câble de fibre optique passant par les égouts. Résultat : les fonctionnaires schaerbeekois n’ont plus accès à Internet ni aux serveurs communaux.

"C’est la troisième fois que ça arrive et la deuxième fois au même endroit, à 40 mètres d’écart par deux équipes différentes de Vivaqua. Ca pose question et ça paralyse toute l’administration schaerbeekoise, ce n’est pas rien", indique un membre de l’administration. La dernière fois, en janvier, les équipes communales ont été privées de leurs outils de travail quatre jours entiers. "Ce mardi, on n’avait de nouveau plus accès à Internet, à Outlook et aux autres plateformes sur lesquelles nous travaillons. On a appris dans la journée que c’était à cause du chantier. Ce matin, il n’y avait toujours rien donc les agents qui peuvent télétravailler sont restés à la maison."

Toutefois, même de chez eux, les fonctionnaires ne peuvent avancer. "Tout ce qu’on sait faire, c’est lire nos mails, on ne peut pas avancer dans nos dossiers. Le problème, c’est que le prochain conseil communal arrive donc on nous a dit qu’on pourra faire passer des dossiers en urgence."

Le cabinet de la bourgmestre confirme l'incident. "Les câbles de fibre optique passent dans les égouts. En ce moment, Vivaqua est très actif sur le territoire communal. En bougeant et travaillant sur les égouts, les ouvriers ont causé une rupture de câbles. Mais on ne peut même pas en vouloir à Vivaqua car faire passer les câbles par les égouts date d'il y a très longtemps donc nous n'avons même pas le plan de tous les endroits où passent ces câbles."

Marc Weber assure par ailleurs que les services communaux cherchent activement des plans b. "Ca arrivera probablement encore donc il nous faut une solution à court terme mais aussi à moyen terme. On cherche notamment des chemins différents pour nos fibres optiques. En attendant, on est en grande souffrance car on ne peut plus assurer le service aux citoyens. Ceux qui sont venus à la commune ce matin étaient particulièrement fâchés et je les comprends. Ce n'est pas de la mauvaise volonté de la commune, fonctionnaires et citoyens en ont marre, moi le premier."