La propreté publique est un enjeu majeur à Bruxelles. Mais comme souvent en Belgique, les acteurs compétents sont nombreux et l’efficacité n’est pas toujours au rendez-vous. Ainsi, Bruxelles Propreté récupère nos sacs-poubelles, les communes se chargent des corbeilles publiques et la Région gère certaines voiries. À Schaerbeek, les autorités locales pointent depuis plusieurs mois des problèmes récurrents de propreté dans certaines artères régionales.

"Depuis le début de l’année, l’échevine de la Propreté Deborah Lorenzino (Défi) se plaint amèrement que le nettoiement de ces rues laisse à désirer. Or les citoyens, avec raison, ne font jamais la différence entre une rue gérée par la commune et une artère gérée par la Région : la responsabilité retombe systématiquement sur le service propreté de la commune alors qu’on n’y est pour rien. Face à ces constats, la Région propose généralement des arrangements qui ne tiennent pas la route, notamment pour le quartier de la rue de Brabant", explique Georges Verzin (libéral indépendant).

Le problème ayant déjà été soulevé en 2012 lorsqu’il était échevin, le conseiller communal a proposé à l’actuelle échevine de préparer une motion demandant que la compétence du nettoiement des voiries revienne entièrement à la commune. " Outre le transfert de la compétence, nous demandons des moyens financiers, humains et matériels pour assurer la propreté de ces artères afin q ue la situation s’améliore."

Avant d’être soumise au conseil communal, la motion a été présentée aux partis politiques. "Le but est de convaincre la Région d’aller dans notre sens pour le bien-être des Schaerbeekois. La motion a plus de poids si tout le conseil l’approuve." Mercredi dernier, le vote a été unanime, seul le PTB s’est abstenu. "Le ministre en charge de Bruxelles Propreté Alain Maron (Ecolo) vient d’annoncer une refonte de l’ABP. Avec cette motion, on l’invite à joindre le geste à la parole en faisant de Schaerbeek une commune pilote pour une nouvelle gestion de la propreté publique à Bruxelles."