"La loi du silence s'arrête où le courage politique commence." Par ces mots, Sihame Haddioui (Ecolo) conclut son post sur Instagram où elle fait part de son sentiment d'injustice. Et pour ce faire, elle entend désormais politiser son absence . "Mon dégoût et ma révolte sont tels, qu'assister à des réunions en sa présence signifie, pour moi, cautionner l'inertie, l'omerta. Rien ne se passe. La vie reprend son cours habituel. Point suivant. Affaire classée ? (...) Mon absence au Collège n'a pas d'impact sur la vie politique ? Demain, j'ai pris la décision de ne pas assister au Conseil Communal. Et mon absence sera politique."

L'échevine pose alors quatre exigences. Que l'on distingue plainte et signalement, que les témoignages de victimes présumés - même informels et anonymes - soient pris au sérieux, qu'une enquête interne soit menée pour libérer l'écoute et, enfin, que Michel De Herde soit écarté le temps de l'enquête.



L'intéressé maintient la position qu'il tient depuis que l'affaire a éclaté. "Il est hors de question que je m'écarte, car je suis innocent. Je n'ai rien fait. Le dossier est entre les mains de la justice et je sais que je peux lui faire confiance."
Ce mercredi soir, une manifestation aura lieu sur le parvis de l'hôtel de Ville de Schaerbeek pendant le conseil communal afin de demander des explications à la majorité, Cécile Jodogne et Michel De Herde en premiers. L'échevin du Budget a expliqué qu'il serait "comme toujours" présent mais ne souhaite pas faire de commentaires supplémentaires.