Deux autres jeunes hommes ont été blessés. Il s’agirait d’un règlement de compte dans le milieu du trafic de stupéfiants.

Le parquet de Bruxelles a confirmé que de nombreux coups de feu ont été tirés place Orban à Forest, dans la nuit de samedi à dimanche vers minuit.

Un homme, prénommé Soufiane, né en 1997, est décédé sur place suite à ces blessures, et deux autres personnes ont été blessées par balle. Il s’agit de deux jeunes hommes nés en 2001 et 2003.

Le parquet de Bruxelles a été avisé des faits et saisi un juge d’instruction du chef d’assassinat et tentative d’assassinat.

Le procureur du Roi et le juge d’instruction sont descendus sur les lieux dans le courant de la nuit, accompagnés du médecin légiste et de l’expert balistique.

À ce stade de l’enquête, aucun suspect n’a été appréhendé. Une des pistes envisagées pourrait s’orienter vers un règlement de compte dans le milieu du trafic de stupéfiants.

Le quartier, à la population très dense et aux rues sombres, est réputé pour être une plaque tournante du trafic de drogues.

De nombreux devoirs d’enquête sont en cours.

La victime était bien connue dans le quartier.

Côté politique, Cédric Pierre-De Permentier, chef de groupe MR, remettra la problématique liée à ce quartier sur la table, lors du prochain conseil communal.

" Le square Orban est connu pour être un haut lieu du trafic de drogues " , analyse-t-il. "Ce qui s’est passé est une véritable tragédie pour la famille, le quartier et la commune entière. Il est grand temps d’agir pour éviter de futurs drames. Le MR interrogera le bourgmestre mardi lors du prochain conseil communal afin de mettre en place une politique de préven tion et de répression, cela passe notamment par un renforcement des moyens de la prévention, de meilleurs aménagements, ainsi que par une vidéosurveillance renforcée. Nous plaiderons également pour que la zone Midi travaille à la sécurisation de la place Orban et renforce la lutte contre le trafic de drogues. La restauration de l’antenne de police et le renforcement des effectifs sont indispensables. Aucun quartier ne doit être laissé de côté. "