Olivier vit avenue Wolvendael depuis 12 ans. “Quand j’ai acheté, je savais que le tram passait devant. Je suis un usager fréquent de la Stib et cela m’arrangeait. J’ai fait poser du triple vitrage." Sur les lignes 92 et 97 qui passent devant chez lui, la Stib fait circuler des modèles T 3000 ou T 4000, les plus récents et des PCC (modèle le plus ancien datant des années 70 avec les portes en accordéon et les marches). "Je n'ai jamais eu de problème.”

En 2018, la Stib introduit 2 modèles T 2000, conçus dans les années 90, sur la ligne 92. Les ennuis d’Olivier commencent. Un problème de conception sur ces trams entraîne de fortes vibrations, que nous avons pu constater, à chaque passage de ces modèles. Olivier alerte alors la Stib, il monte également une pétition avec ses voisins pour demander à Bruxelles Environnement d’effectuer des mesures sur le site. Mais rien n'a abouti. “Tout est fait pour compliquer les plaintes.”

Il y a quelques semaines les travaux sur la ligne 93 obligent la Stib à introduire de nouveaux T2000 sur la ligne 92. Six pouvaient alors tourner en même temps. “Aux heures de pointe, cela faisait un passage quasi toutes les 15 minutes.” Réveillé tôt le matin, dérangé pendant son télétravail et constatant des dégâts sur sa maison qu’il impute aux vibrations à répétition depuis des années, Olivier décide de nous contacter. “Je ne suis pas du tout anti-tram au contraire, mais je ne comprends pas que ces modèles défaillants… cet échec industriel... circule encore. Je demande juste une réduction de vitesse à minima ou une date de fin de circulation. Mais je veux surtout savoir les coûts qu’ont ses modèles pour la collectivité.”

Un secret de Polichinelle

Bruxelles Environnement, le médiateur de la Stib avec qui Olivier a été en contact ou encore la commune ; tout le monde connaît le cas des T2000. “C’est un problème structurel que les ingénieurs de la Stib ont tenté de maîtriser et d'atténuer au fil des années sans pouvoir totalement l’éradiquer” confiera même le médiateur. Un autre agent de la Stib ajoutera : “nous sommes conscients que les trams de type T 2000 provoquent des nuisances plus importantes que d'autres types de tram.”

La fin des T 2000 n'est pas pour tout de suite

Les T 2000 coûtent-ils plus cher en entretien ou en usure des voix que les autres ? La Stib ne nous a pas répondu, invoquant des difficultés à estimer l'impact d’un type de tram sur un réseau où circule plusieurs modèles.

"Concrètement, l’entretien des trams est plus fréquent avec l'âge de la rame. Donc les plus vieux vont plus souvent en révision, c’est normal. Il n’y a pas de problème spécifique à ce modèle. Dans tous les cas, nous ne pouvons pas les retirer. La hausse de la fréquentation nous pousse plutôt à augmenter le nombre de rames ; nous essayons cependant de rénover le réseau au mieux avec des dispositifs anti-bruit. Des opérations de meulage sont aussi effectuées pour limiter les nuisances."

Ne pouvant circuler que sur 4 lignes (T8, T62, T92 et T93) à cause d’incompatibilité signalétique et avec les passages en pré-métro, la Stib confesse ne pas avoir trop d’option pour l'utilisation des ses trams.

Bruxelles Environnement nous explique que la moitié des plaintes reçues pour vibration concernant la Stib mettaient en cause les T 2000 alors qu’ils ne représentent que 51 trams sur une flotte de 397.

Côté sanctions, Bruxelles Environnement n’a pas d’outil pour imposer un changement. L’agence régionale peut simplement communiquer des relevés de nuisances aux intéressés et suivre les plaintes.