En 2015, les autorités sanpétrusiennes ont mis en place un service de “taxi social”, rebaptisé “WoluBus”. Les habitants de plus de 65 ans possédant “un certificat médical attestant de l’incapacité à se déplacer par leurs propres moyens et à utiliser les transports en commun” peuvent bénéficier d’un service de déplacement sur rendez-vous à un prix attractif (2€ pour les déplacements intra-communaux, 4€ pour une commune limitrophe), rendu possible grâce à des partenariats publicitaires locaux et le recours à des travailleurs en insertion sociale.

Et le système rencontre un certain succès : 50 trajets par jour dans la commune de 41.000 âmes. De bons résultats qui donnent envie au député sanpétrusien Christophe De Beukelaer (CDH), qui fut l’architecte du projet lorsqu’il était échevin, d’étendre le modèle au reste de la Région. Une proposition de résolution, cosignée par la parlementaire Bianca Debaets (CD&V), a été introduite pour demander au gouvernement bruxellois d’accorder un subside aux localités voulant transposer l’action et encadrer l’action.

Certains publics, comme les personnes âgées, ont encore besoin de la voiture. Il faut donc encourager les solutions innovantes pour faciliter leur mobilité”, indique le député humaniste, qui reconnaît que d’autres initiatives fructueuses fonctionnent également dans d’autres entités de la ville-région.

Réserves des autres partis

Ce mardi en commission Mobilité du Parlement bruxelloise, le texte a cependant fait l’objet de réserves. Écolo plaide pour davantage “faire évoluer les outils existants” comme le taxi. Disant vouloir privilégier les “solutions structurelles” et le lien avec le secteur des taxis, Groen a également annoncé ne pas soutenir le texte. La NVA aussi ne veut pas apporter son soutien une initiative communale qui rentre en concurrence avec le dispositif régional des chèques-taxi. Idem du côté de Défi.

“La mise en place du système doit justement rester au niveau communal, car cela crée un cercle vertueux. La dimension de proximité est essentielle. Les personnes âgées revoient les mêmes chauffeurs, qui connaissent les lieux ; les commerçants locaux sont demandeurs d’apposer leur publicité dans un véhicule qui transporte des personnes de la commune…”, justifie le député, qui “lance un appel” à la majorité, et notamment à Écolo et Défi, partenaires de l’initiative au niveau local. Le MR de son côté propose d’amender les conditions d’accès du chèques-taxi. Vote la semaine prochaine…