Son conseil a demandé qu'une nouvelle expertise psychiatrique soit réalisée ainsi qu'une contre-expertise ADN. Le tribunal se prononcera sur ces demandes le 6 mai. Yassine B. est prévenu pour un viol commis sur une étudiante en septembre 2017. La victime sortait d'une soirée à la salle des fêtes étudiantes Jefke, sur le campus de la Plaine de l'ULB, lorsqu'elle est montée à bord du véhicule du prévenu, qui s'est présenté comme un chauffeur de taxi. Il l'a emmenée chez lui à La Louvière et l'a violée, selon le témoignage de la jeune fille.

C'est le même modus operandi que Yassine B. avait utilisé pour piéger les victimes des abus sexuels pour lesquels il a déjà été condamné en juin dernier à 12 ans de prison. Il ciblait des étudiantes sous l'emprise de l'alcool qui revenaient de soirées universitaires et leur proposait de les ramener chez elles en voiture, se faisant passer pour un chauffeur du service de taxi partagé Collecto, après son service de chauffeur de bus à la Stib.

La victime avait immédiatement déposé plainte et s'était rendue à l'hôpital pour un examen médical et un relevé d'ADN. La police, qui manquait d'éléments pour identifier l'auteur, avait classé la plainte sans suite. Mais elle a pu établir plus tard un lien avec Yassine B., lorsque celui-ci a été arrêté à la suite des autres plaintes pour abus sexuels.