Le premier échevin Marc Cools veut conquérir le mayorat en 2018.

À Uccle, les élections communales vont être chaudes. Le MR risque de connaître une scission retentissante autour de Marc Cools, actuel premier échevin. Ce dernier voulait le mayorat ucclois mais il s’était fait coiffer sur le poteau par le député bruxellois Boris Dilliès. Il s’agissait alors de trouver un remplaçant à Armand De Decker qui, écrasé par de lourdes accusations dans le dossier du Kazakhgate, avait dû abandonner ses fonctions de bourgmestre.

Boris Dilliès a prêté serment vendredi dernier. Mais le MR ucclois n’en a pas tout à fait fini avec les conséquences de la chute d’Armand De Decker. En effet, la désignation de Boris Dilliès n’est pas acceptée par tous. En particulier par Marc Cools, l’autre candidat libéral écarté du mayorat.

Liste de rassemblement

Et donc Marc Cools veut présenter une liste concurrente au MR aux prochaines élections communales en 2018. Il ne s’agira pas d’une autre liste libérale mais plutôt d’une liste de rassemblement, dans l’esprit des listes "intérêts communaux". La majorité des autres candidats qui viendraient appuyer Marc Cools seraient issus de la société civile, voilà le principe. Il y aurait aussi, évidemment, quelques MR restés fidèles à l’actuel premier échevin et des membres d’autres formations politiques.

Afin de jeter les bases de ce qui sera son programme pour le scrutin de 2018, Marc Cools peaufine actuellement un livre qui s’intitulera : Uccle, en avant. Dans cet ouvrage, il va décliner très concrètement sa vision des mesures à prendre pour mieux gérer la commune. En particulier en ce qui concerne la mobilité et la sécurité. Cet ouvrage sera étayé par de multiples statistiques afin d’appuyer son raisonnement.

Bourgmestre à temps plein

Sur les raisons de sa démarche, Marc Cools souhaite en particulier donner à Uccle un bourgmestre à temps plein, ce qui n’était pas le cas avec Armand De Decker. Il nous revient que Marc Cools est également très critique à l’égard du fait que Boris Dilliès n’a toujours pas démissionné de son mandat de député comme il s’y était engagé afin de se consacrer entièrement à la vie communale. C’est notamment le maintien de la double casquette de la part de Boris Dilliès qui aurait poussé Marc Cools à envisager de ne plus se présenter sur la liste MR aux communales de 2018.

Contacté par La Libre, Marc Cools confirme nos informations mais ne souhaite pas faire davantage de commentaires à ce stade. Sa décision n’est pas encore prise à titre définitif, confie-t-il. De toute manière, Marc Cools ne fera pas d’annonce officielle sur la création de son mouvement politique local avant mars prochain, au plus tôt.

On s’achemine donc vers un beau match électoral entre libéraux ucclois en 2018. D’autant plus que le vice-Premier ministre MR, Didier Reynders, avait également exprimé il y a quelques mois sa volonté de prendre un mandat exécutif local à Uccle après les communales…Frédéric Chardon