Le gouvernement bruxellois a adopté trois mesures permettant de soutenir le secteur des titres-services, la première dédiée aux entreprises, les deux autres à ses travailleuses et travailleurs.

On l’a déjà dit, le secteur des titres-services est lui-aussi fortement impacté par la crise du coronavirus, mettant les entreprises et les travailleurs du secteur dans des situations tendues. Si une première piste avait été envisagée, celle-ci nécessitait l’accord du fédéral pour exonérer les entreprises du paiement des cotisations sociales. "A ce jour, nous n’avons toujours pas obtenu de réponse à nos sollicitations", indique le cabinet du ministre bruxellois de l'Emploi, Bernard Clerfayt (Défi).

Le gouvernement régional a donc décidé de trois nouvelles mesures limitées à la crise du coronavirus, pour maintenir à flot le secteur des titres-services. Une aide forfaitaire de 4 000 euros est ainsi octroyée aux entreprises de titres-services ayant leur siège social en Région bruxelloise. Cette aide est automatique et sera versée par la société émettrice, Sodexo.

Mesure de soutien aux aide-ménagères

Le secteur des titres-services se caractérise notamment par des bas salaires. Le salaire moyen est de 11,65 € brut/heure, avec un minimum de 11,07 € brut/heure. On y compte aussi un nombre très important de travailleuses et travailleurs à temps partiel. 18% des travailleurs ont un temps plein, 71% sont entre un temps plein et un mi-temps et 11% occupent moins d’un mi-temps. La très grande majorité des aides-ménagères va donc se retrouver avec un revenu mensuel inférieur à 1 000 euros, sans aucun autre avantage comme les chèques-repas.

C’est pourquoi les aide-ménagères des entreprises ayant leur siège social en Région bruxelloises et qui travaillent sur le territoire de la Région, percevront une indemnité de 2,5 € brut/heure de chômage temporaire. Cette aide sera versée par Sodexo aux entreprises qui devront ensuite verser celle-ci à leurs aide-ménagères.

Enfin, afin de permettre aux entreprises encore actives d’acheter le matériel complémentaire nécessaire pour protéger tant leurs aide-ménagères que leurs clients, celles-ci bénéficieront, à partir du 1er avril et pour la durée de la crise, d'une intervention régionale majorée de 2 euros, soit 16,60 euros au lieu de 14,60 euros par titre. Cette aide permet, par ailleurs, de garantir un minimum de services pour les personnes les plus dépendantes des activités titres-services, notamment pour effectuer leurs courses ménagères.

"Nous devions envoyer un signal fort au secteur des titres-services et aux aide-ménagères. Leur salaire de base est très faible. Vivre ou survivre avec le chômage temporaire s’avère dès lors compliqué voire impossible. Grâce au complément au chômage temporaire versé par la Région, les aide-ménagères pourront bénéficier d’un montant allant jusqu’à 95% de leur salaire", conclut Bernard Clerfayt.