Cinq condamnés, deux acquittés. C'est le jugement qu'a rendu le tribunal correctionnel de Bruxelles ce mardi, selon nos confrères de La Capitale. Il y avait deux points de vente ici concernés, le premier chaussée d'Anvers, le second avenue Charles Quint. 

Suite à un témoignage anonyme, la police a mené des observations en juin dernier afin de déterminer l'état du trafic qui s'opérait en bas des tours, mais aussi par livraison dans tout Bruxelles. Selon les forces de l'ordre, pas de doute possible. Ils ont même aperçu deux suspects échanger un sachet suspect, et l'enquête de téléphonie a permis de confirmer l'information. En effet, les allées et venues des suspects étaient rythmées par de nombreux appels sur leur téléphone. Les acheteurs auditionnés se sont mis à table également, reconnaissant les suspects comme vendeurs, livreurs ou "opérateur téléphonique" nous informe La Capitale. 

Fin juin, le 22, cinq suspects ont été interpellés, et l'enquête a permis de remonter jusqu'au point de deal avenue Charles Quint à Ganshoren où la police a arrêté les deux derniers suspects. 

Deux à trois ans de prison

Lors des perquisitions, pas de cocaïne, mais des pacsons, des balances et 6.400 euros en cash, pour un trafic qui aurait duré huit mois. Lors du jugement, deux prévenus ont contesté les faits, brandissant l'argument d'un amalgame avec les autres prévenus parce qu'ils habitent dans le même immeuble. Ils seront acquittés dans le bénéfice du doute, les autres écopent de deux à trois ans de prison (un prévenu avec sursis) et 8.000 euros d'amende. Un dernier suspect, récidiviste, écope de 30 mois fermes. Le juge n'a pas manqué de souligner la précarité évidente dans laquelle vivent ces hommes, qui se sont lancés dans cette entreprise dans le but de faire de l'argent.