Ce lundi, Marc Degryse, ancien patron de l'imprimerie Maxiprint rue Léon Théodor à Jette (C'est son fils qui a repris les rennes de l'entreprise, NDLR) a envoyé au bourgmestre ainsi qu'aux échevins concernés la pétition des riverains et commerçants de la rue. La pétition, lancée en septembre 2020 et, qui a récolté environ 1200 signatures auprès des riverains et commerçants, concerne les travaux du tram 19 qui passe par la rue.

Pour rappel, la Stib prévoit de renouveler les rails du tram 19, "qui sont très dégradés", souligne l'échevin jettois de l'Aménagement urbain Bernard Van Nuffen (Ecolo) et de réaménager toute la rue de façade à façade. Dans le projet, les trottoirs seront élargis et les places de stationnement et zones de livraisons supprimées. C'est cet aspect que craignent la plupart des riverains et surtout les commerçants. "La plupart des signataires ne veulent même pas croire qu’il est possible d’envisager de supprimer la totalité des places de parking dans la rue et encore moins de ne laisser aucune zone de chargement ou de livraisons aux endroits les plus fréquentés par le chargement ou déchargement de marchandises, prévient Marc Degryse. Sans oublier les déménagements, les ouvriers dépanneurs et les livreurs".

Du côté de la commune, ils se disent très sensibles à la situation. Le bourgmestre et les échevins ont décidé de rétablir un comité d'accompagnement du tram pour les tenir informés de l'évolution du chantier. Le comité sera composé d'un panel de commerçants et de riverains. "Les écoles très nombreuses dans le secteur seront également impliquées. Un toutes-boites va être distribué pour lancer un appel aux volontaires", précise Bernard Van Nuffel.

"Il est vrai que ces travaux représentent un vrai problème, reconnaît Hervé Doyen, bourgmestre (CDH) de Jette. Cette rue est dense et très habitée. 90% des places de stationnement vont être supprimées. Nous allons devoir faire preuve d'énormément de créativité pour palier à ce manque. Le stationnement est déjà sous pression dans cette voirie".

"L'inquiétude est légitime, ajoute l'échevin Bernard Van Nuffen. Dans le projet initial, toutes les places devaient être supprimées et seules deux places restaient le long du parc Paul Garcet en bas de la rue. Le Collège a plaidé pour conserver au moins six places. En ce qui concerne les zones de livraison, on réfléchit à les replacer à chaque carrefour de part et d'autre de la rue. C'est déjà le cas en haut de la rue au niveau de la Place Reine Astrid. Avec l'échevine de la mobilité, on tente également de compenser le manque de places hors voirie en offrant la possibilité aux riverains d'utiliser le parking Delhaize en nocturne ou celui de la gare gérée par la SNCB".

La commune étend la zone de paiement jusqu'au boulevard de Smet de Nayer à partir du mois de février. "Les horodateurs sont déjà en place. Cela permettra un roulement des places de stationnement". La Stib n'a pas encore déposé sa demande de permis d'urbanisme. Celle-ci ne sera pas déposée avant la moitié de l'année 2021.

Avant les travaux des rails du tram, un important chantier de rénovation des égouts aura lieu également lieu début 2022 avec des impacts importants pour les riverains. '"Il y aura de grosses tranchées depuis les maisons jusqu'au milieu de la rue", explique Bernard Van Nuffen.  La circulation du tram et des voitures sera interrompue pendant cette période.