Ce mercredi matin, sur l'avenue Josse Goffin à Koekelberg au niveau de l'école primaire Unesco, "au croisement avec la rue de Ganshoren" et sur l'avenue de l'Hôpital Français, qui traverse Koekelberg et Ganshoren, il y a eu trois accidents de circulation consécutifs. "Ce sont des accidents de voiture, indique Arne Smeets, porte-parole du collectif 1082/0 qui se bat pour plus de sécurité routière à Ganshoren. Un enfant qui était dans l'une des voitures a été blessé. Un automobiliste a tenté de fuir mais a été arrêté par la police".

Les parents d'élèves et riverains de ce tronçon sont excédés par ces accidents en cascade. "La semaine dernière il y a eu un grave accident avec une voiture qui s'est retrouvée sur le dos, rappelle Arne Smeets qui est également parent d'élève. Il y a deux écoles dans ce secteur. L'école primaire Unesco et l'athenée néerlandophone. L'école Unesco accueille 1300 élèves (et leurs parents) quotidiennement. La grande majorité d'entre eux viennent à pied, à vélo ou avec les transports en commun. Dans ce secteur, les cinq rues sont bondées. C'est un enfer pour les élèves et les familles.

Arne Smeets décrit : "L'avenue Josse Goffin qui devient l'avenue de l'Hôpital Français est très longue et dangereuse. Les voitures viennent dans tous les sens. Elles se doublent et tentent de doubler le tram. Il faut trouver des solutions".

"Lors d'un sondage il y a deux ans, deux tiers des parents se sont montrés très inquiets pour la sécurité routière de leurs enfants aux abords de l'école, précise Arne Smeets. L'intersection est dangereuse car trop complexe. Nous proposons plusieurs mesures pour rendre le carrefour plus sécurisé comme comme fermer le haut de la rue du Petit-Berchem, rendre la rue de Ganshoren unidirectionnelle, modifier les feux et prévoir de contrôles de police." 

Les collectifs citoyens sur la sécurité routière de Berchem, Ganshoren et Koekelberg exigent une action urgente. "La ministre de la mobilité et les maires de Koekelberg, Ganshoren et Berchem-Saint-Agathe doivent prendre leurs responsabilités et proposer une solution structurelle à court terme, appelle le porte-parole du collectif 1083/0 (NDLR : 1083 pour le code postal de Ganshoren et 0 pour le nombre de morts souhaité sur la route). Les mouvements citoyens sont prêts à coopérer avec les dirigeants politiques pour une solution rapide et solide".