Les stigmates de l’incendie survenu dans la nuit de samedi à dimanche dans une habitation de l’avenue de l’Hippodrome, à Ixelles, sont encore bien visibles. Sur place, nous retrouvons Younes, 30 ans, qui, avec l’aide de ses deux amis Imad et Younes, sont intervenus avant l’arrivée des pompiers afin d’évacuer les six occupants de l’immeuble, dont un enfant en bas âge.

© dr

Younes revient sur cet acte de bravoure qui a permis de sauver des vies, et pousse également un coup de gueule concernant le comportement de personnes présentes qui ont filmé l’incendie sans se soucier de l’état de santé des habitants.

"Je conduisais depuis le bois de la Cambre vers la place Flagey lorsque nous avons aperçu ce que nous pensions être un feu de joie. Par curiosité, on s’est arrêtés. Il s’agissait en réalité d’un incendie d’habitation", se souvient Younes, originaire de Molenbeek.

"En descendant de la voiture, j’apprends que des gens se trouvent encore à l’intérieur. Nous avons appelé les pompiers. Sans réfléchir une seconde, j’ai défoncé la porte et je suis entré. Je me suis occupé des trois habitants du rez-de-chaussée, un couple avec un bébé, et mes deux amis sont montés aux étages pour évacuer les habitants", poursuit-il.

Tous les occupants de la maison dormaient à ce moment. Ils n’ont donc pas réalisé qu’il y avait un incendie. Younes a alors crié dans la cage d’escalier pour alerter tout le monde. "Ce qui m’a le plus surpris, c’est la vitesse de propagation du feu. C’était fou ! La fumée était terrible, on ne voyait quasi rien et la chaleur était insoutenable. Je ne parvenais pas à respirer, même pas une seconde. J’étais en apnée et j’ai donc fait plusieurs allers-retours. A mon second aller-retour, j’ai enlevé mon tee-shirt pour me protéger le nez et la bouche. Les pompiers sont arrivés après dix longues minutes et ont pris le relais", explique-t-il. "Nous avons également stoppé les voitures pour prendre les extincteurs et tenter de limiter la propagation des flammes."

En revanche, il déplore le comportement des personnes présentes sur les lieux qui filmaient au lieu de prêter main forte. "Les gens ne pensaient qu’à faire le buzz sans se soucier de l’état de santé des occupants. Ils n’ont même pas penser à appuyer sur la sonnette pour réveiller les occupants, c’est irresponsable", conclut-il.

"Le laboratoire fédéral est descendu sur les lieux et des premiers éléments recueillis, il semblerait que l’incendie soit de nature criminelle, ce que l’enquête en cours confirmera ou non", explique le parquet.

"Grâce à l’héroïsme des particuliers que nous tenons à saluer, les dégâts faisant suite à l’incendie sont purement d’ordre matériel, à savoir la façade et les escaliers de l’immeuble sont endommagés, le logement de la famille du rez-de-chaussée est pour l’heure inoccupable et la voiture stationnée à l’adresse de l’un des résidents des étages est également endommagée suite à la forte émanation de chaleur et à l’implosion des vitres du rez-de-chaussée", conclut la zone de police Bruxelles Capitale Ixelles.