Elles sont enfin là ! Après un an de travail, les gourdes en céramique Tuli sont dans les mains de leur créatrice et arriveront bientôt dans votre boîte aux lettres, si vous faites partie des mille premiers porteurs du projet. Le projet est né de l'expérience de Nathalie Peeters en Ouganda. La Bruxelloise y a travaillé trois mois avec une ONG pour assurer l'accès à l'eau potable aux habitants du pays. "Une fois rentrée, j'ai voulu poursuivre le projet, à ma manière."

Chaque gourde achetée finance ainsi l'accès à l'eau potable pour un écolier ougandais, grâce à un partenariat l'ONG. "Tuli signifie "nous sommes" en luganda et c'est tout l'esprit que j'ai voulu insuffler à ce projet : garantir un impact positif sur la nature et à des populations qui en ont besoin."

Les gourdes, dont le design original est made in Belgium, sont fabriquées de manière écoresponsable par de petits producteurs européens. Particularité du produit : de par leur matériau naturel, elles ont l'avantage de ne pas altérer le goût de l'eau.

En juin dernier, la campagne de crowdfunding de Tuli a été financée à 227%. Aujourd'hui, 1 015 gourdes ont déjà été précommandées. "Je m'attendais à pré-vendre 300 gourdes et là, on a dépassé les mille, c'est fou ! Les gens aiment le design du produit mais aussi le projet qu'il y a derrière et son aspect très transparent", se réjouit Nathalie Peeters. 

Ses gourdes sont bien arrivées dans son appartement ixellois. Avec quelques amis et membres de sa famille, elle s'attèle désormais à les expédier. "On va se charger de livrer à vélo les quelque 349 gourdes qui ont été commandées à Bruxelles et aux alentours. Celles qui doivent arriver plus loin en Belgique et en France seront envoyées par la poste."

Grâce à ce petit succès, Tuli permet à deux écoles ougandaises de bénéficier de filtres à eau. Mais la Bruxelloise ne compte pas s'arrêter là. "Je prépare un autre produit qui permettra de financer un projet similaire dans un autre pays. Le but est d'avoir le plus d'impact possible à la fois ici et ailleurs."