Eric Sax et Sophie François déplorent la précipitation avec laquelle Boris Dilliès a scellé l’accord de majorité MR-Ecolo-CDH.

Depuis l’officialisation de la majorité MR-Ecolo-CDH, des voix s’élèvent au sein de la section locale du MR pour contester cet accord. Pour rappel, les libéraux ont perdu leur majorité absolue et se retrouvent avec 16 sièges (- 5), soit trois de plus qu’Ecolo, grand vainqueur de ces élections.

Dans la foulée de l’annonce des résultats, un accord a été scellé entre le MR - qui aurait mathématiquement pu basculer dans l’opposition-, Ecolo et le CDH. Il a ensuite été convenu qu’Ecolo décrochera quatre échevinats, et le CDH un. Le MR-Open VLD hérite du poste de bourgmestre et de trois échevinats (ainsi que la présidence du CPAS) contre six lors de la précédente législature.

Résultat, Eric Sax et Sophie François, deux échevins sortants, voient leurs compétences s’envoler. Les deux déplorent la précipitation avec laquelle l’accord a été scellé, au détriment du groupe MR. "Je ne voterai pas cette majorité avec le CDH dans l’équipe. Il aurait, selon moi mieux fallu appeler en priorité notre partenaire privilégié Défi (six sièges, NdlR) une fois les résultats connus, plutôt que le CDH qui ne recueille que deux élus. Une alliance Défi-MR à 22 sièges était possible, et Ecolo aurait pu nous rejoindre en réclamant moins que quatre échevinats. Or, la situation choisie dans la précipitation et amateurisme le soir des élections fait basculer le collège à gauche et coûtera cher aux Ucclois pour respecter le programme Ecolo. J’ai difficile à l’accepter", explique un Eric Sax dépité.

Tant Eric Sax que Sophie François assurent que leur animosité n’est pas due au fait qu’ils perdent leur place d’échevin, mais bien qu’Ecolo représente un poids trop lourd au sein du nouveau collège. "Le collège passe à gauche de l’échiquier politique et on se retrouve avec un simulacre de bourgmestre. Je suis fâchée de cet accord de majorité que je ressens comme une trahison du groupe politique et de l’électeur", explique l’échevine sortante. "Je trouve que Boris Dilliès n’a pas été réglo avec nous, il ne nous a même pas concertés. Avec ce nouveau collège, un tas de mesures de gauche passeront au conseil communal, notamment en matière de fiscalité."

Plus globalement, elle remet en cause la confection du programme libéral. "On a bien constaté que les électeurs se sont manifestés en faveur d’un changement et d’un ras-le-bol généralisé des partis traditionnels et des affaires. Les jeunes ont massivement voté pour Ecolo. Ils sont très investis dans les questions sociales et celles liées à la crise de l’accueil et le MR a été incapable de le voir car le programme a été réalisé par des bureaucrates qui sont totalement déconnectés de la réalité", conclut Sophie François.

Contacté, le bourgmestre Boris Dilliès n’a pas souhaité réagir.

Emmanuel De Bock (Défi) : "Personne ne m'a contacté !"

“Je déplore que personne ne m’ait contacté alors que Défi a réalisé un meilleur score que lors des élections communales de 2012, d’autant qu’Ecolo avait donné le signal d’un basculement avec le PS, Défi et Uccle, en avant !, évinçant ainsi le MR. Quand on n’a pas de pré-accord, comme le prétend Thibaud Wyngaard (qui devient premier échevin, NdlR), alors on contacte les autres partis, ce qui n’a pas été fait. Et annoncer en moins de deux heures un accord me semble pour le moins étonnant. Manifestement, je vois qu’il y a beaucoup de déçus, tant dans le groupe MR que chez Ecolo, ce qui ne sera pas sans conséquences sur le quotidien des Ucclois.”