Au conseil communal d’Uccle, la motion réaffirmant la neutralité, la non-discrimination et la non-politisation de l’administration communale et de ses agents, a été voté à l’unanimité ce jeudi soir.

Ainsi, "l’agent est tenu dans l’exercice de ses fonctions de faire preuve, dans son comportement, de la plus grande neutralité sur le plan politique, philosophique et religieux. Les paroles, les actes, les tenues vestimentaires et les signes distinctifs qui seraient contraires à l’esprit de cette disposition sont interdits", détaille la motion votée hier à l'unanimité.

Suite à l’affaire d’Ihsane Haouach, très médiatisée cet été, l’échevine en charge de l'Egalité des chances Maëlle De Brouwer (Ecolo) a soutenu la neutralité des actes. "Ne pas être d’accord qu’une femme voilée représente le gouvernement, c’est votre droit même si je ne suis pas d’accord", a-t-elle exprimé sur ses réseaux sociaux.

Pour rappel, le 17 mai dernier, Ihsane Haouach était nommée commissaire du gouvernement auprès de l’Institut pour l’égalité entre les femmes et les hommes (IEFH). Une désignation qui avait fait polémique et entrainé plusieurs incident tels que du cyberharcelement et des attaques personnelles, jusqu’à ce qu’elle décide de démissionner un mois plus tard. Le port du voile avait notamment été critiqué par de nombreux politiciens.

Suite à sa démission, la presse a révélé une note de la Sûreté de l’Etat expliquant qu’Ihsane Haouach était membre des Frères musulmans. Pourtant cette note ne conclut pas ses liens avec cette organisation, mais assure tout de même qu’elle aurait eu des contacts avec des membres des Frères Musulmans, sans pouvoir conclure qu’elle en était consciente. Une note avait donc été préparée et finalisée en juin sous initiative de la Sûreté de l’état.