La majorité MR-Défi-CDH a estimé que la motion déposée par les Verts ne relevait pas de l'intérêt local.

Lors du conseil communal jeudi soir, l’opposition Ecolo a déposé une motion demandant au nouveau bourgmestre Boris Dilliès (MR) de poser un acte clair et rapide vis-à-vis des Ucclois en s’engageant à exercer sa fonction maïorale à temps plein sans tarder et au plus tard à partir du 1er octobre 2017.

Dans ce texte, les écologistes ont rappelé les déclarations de l'intéressé qui s'était engagé à quitter le Parlement bruxellois une fois nommé bourgmestre d'Uccle à la place d'Armand De Decker. "Considérant que le nouveau bourgmestre Boris Dilliès endosse ses fonctions maïorales à environ un an du terme de la mandature communale. Qu'il reste dès lors fort peu de temps. Que retarder le moment de sa démission n'aurait guère de sens et ne serait pas souhaitable. Que le message envoyé ainsi aux citoyens serait pour le moins illisible", peut-on encore lire dans la motion des Verts.

La motion a été déclarée irrecevable en séance, à la demande du MR, au motif que cela ne relevait pas de l'intérêt local dans la mesure où la décision du nouveau bourgmestre dépendait d'une autre assemblée. Un argument surprenant puisqu'il n'est pas rare que des motions communales concernent d'autres niveaux de pouvoir. Par exemple, de nombreuses motions concernant le survol de Bruxelles ont été adoptées au niveau local ces dernières années.

"Cet argument ne tient absolument pas la route, c'est du grand n'importe quoi. Personne n'est dupe, les libéraux voulaient manifestement éviter à tout prix un débat de fond sur cette question qui intéresse pourtant directement les Ucclois, c'est navrant", a réagi Thibaud Wyngaard, chef de groupe Ecolo à Uccle.

Lors d'un vote relatif à la recevabilité de la motion, la majorité MR-Défi-CDH a voté en rangs serrés pour que celle-ci ne soit pas débattue, à l'exception du Premier échevin Marc Cools (MR) qui s'est abstenu. Pour rappel, ce dernier qui souhaitait également enfiler l'écharpe maïorale envisage désormais de présenter une liste concurrente au MR lors des prochaines élections.

Boris Dilliès n'envisage pas de quitter l'hémicycle bruxellois avant janvier 2018, ce qui est vivement critiqué par l'opposition Ecolo. "Il n'y a aucune raison sérieuse qui justifie qu'il ne s'investisse pas des a présent à 100% au service des Ucclois, comme il s'y est engagé. Ne pas le faire, c'est un très mauvais signal vis à vis de la population, c'est illisible", estime Thibaut Wyngaard.