Bruxelles Une voiture de police en route pour une autre mission a percuté le garçon de 17 ans.

Un véritable drame s’est joué ce mardi vers 23 h 45 dans le centre de Bruxelles. Un adolescent, âgé de 17 ans, a perdu la vie après avoir été fauché par une patrouille de police de la zone Bruxelles-Capitale-Ixelles à proximité directe de la gare Centrale. Le jeune homme venait de se soustraire à un contrôle de stupéfiants quelques minutes avant les faits.

Le garçon a pris la fuite depuis le Mont des Arts en se rendant vers la galerie Ravenstein située un peu plus bas dans la rue qui porte le même nom. Suivi par deux policiers, le garçon a traversé la galerie pour rejoindre la rue Cantersteen et manifestement tenter de semer les policiers. Dans le même temps, une autre équipe de police circulait dans le secteur pour se rendre sur une autre mission. "La brigade anti-agression était en route pour une mission contre des voleurs en flagrant délit. Cela ne concernait pas le contrôle de stupéfiants pour lequel la victime a pris la fuite. Une réanimation a été réalisée sur le lieu de l’accident, mais sans succès", expliquait ce mardi le porte-parole de la zone de police Bruxelles Capitale-Ixelles, Olivier Slosse avant que le parquet ne confirme également les faits.

La zone a aussi tenu à présenter ses condoléances à la famille du jeune homme : "Un accident tragique à Bruxelles impliquant notre zone de police a coûté la vie à un jeune homme. L’enquête est en cours. La zone présente ses condoléances à la famille de la victime, ainsi que son soutien aux collègues impliqués."

De nombreuses personnes se trouvaient dans le secteur et auraient été témoins selon un homme présent sur place au moment de l’accident. L.K., qui rentrait de chez ses parents en vélo, a expliqué ce mardi à La Dernière Heure qu’il a vu le jeune homme au sol après avoir entendu un bruit sourd : "J’étais juste en face. Je suis formel à 99 %. La voiture de police avait son gyrophare activé mais pas sa sirène. La voiture est arrivée de derrière. Donc, je pense que la personne n’a pas pu le voir. La victime était à plat ventre par terre. Je pense que la police roulait bien à 70-85 km/h sur la chaussée On entendait le bruit du moteur dans la rue."

Le parquet de Bruxelles , avisé des faits, vérifiera ces différentes affirmations comme celles d’autres témoins. Le devoir d’enquête a été demandé par la justice mais ce n’est pas le seul. Le dépannage judiciaire du véhicule de police a eu lieu et des analyses d’images caméra et des auditions doivent être effectuées. Le parquet avait requis directement le laboratoire de la police fédérale, un médecin légiste et un expert automobile sur les lieux. Les constatations ont été réalisées par la zone de police Bruxelles-Nord (Evere, Saint-Josse et Schaerbeek). Le but est d’assurer l’indépendance de l’enquête.