Bruxelles

Une offre tarifaire proposant un billet JUMP+ et un abonnement MTB+ permettant de voyager avec l'ensemble des opérateurs de transport en commun SNCB, Stib, TEC et De Lijn sera disponible à la mi-2019, en tout cas à la rentrée de septembre, dans une zone comprenant la Région-Capitale et un territoire périphérique s'étendant jusqu'à 11,5 kilomètres, a annoncé mercredi en commission de la Chambre le président du comité de pilotage sur le RER, Jean-Pierre Hansen. 

La décision a été avalisée le 30 novembre dernier au sein dudit comité et sera définitivement validée lundi par le comité exécutif des ministres de la Mobilité. Elle met en oeuvre un projet proposé... en 2006.

Les offres existantes en Région bruxelloise JUMP et MTB subsisteront même si elles feront double emploi sur le territoire régional.

M. Hansen a fait le point mercredi en commission de l'Infrastructure de la Chambre sur l'évolution du dossier RER censé s'étendre sur 30 kilomètres autour de Bruxelles, et qui a pris du retard, singulièrement dans le sud du pays.

L'ex-capitaine d'industrie a retracé 30 ans d'histoire du RER, s'attardant sur l'immobilisme des dernières années alors que les travaux viennent de reprendre. A l'entendre, leur poursuite ne devrait pas être menacée par la période d'affaires courantes qui limite depuis quelques semaines l'action gouvernementale. Le "milliard vertueux" promis par le gouvernement Michel est resté pendant, faute de budget, mais, en attendant, le fonds RER reste suffisamment alimenté que pour continuer les travaux jusqu'en 2020. La présidente de la commission Karine Lalieux s'est étonnée de ce propos rassurant alors que les travaux avaient été interrompus durant trois ans faute de financement.

M. Hansen a fait mention de sa proposition, déjà soufflée par le ministre de la Mobilité François Bellot, de création d'une "agence RER" qui, indépendamment des opérateurs et entités de l'Etat, pourrait fonctionner avec un processus décisionnel accéléré, n'étant pas soumis à la règle de l'unanimité. Faisant valoir l'autonomie des entités, la députée N-VA Inez De Coninck a toutefois indiqué ne pas être partisane d'une telle délégation de pouvoirs. Le CD&V n'est guère plus enthousiasmé. "Je comprends l'initiative de M. Bellot mais s'il n'y a pas de demande des Régions, il y a peu d'intérêt de créer une énième structure en matière de mobilité", a indiqué Jef Van den Bergh.

La perspective de voir une telle agence se créer paraît dès lors à ce stade quasiment nulle même si d'autres députés en ont salué la qualité. "Dans un monde idéal, c'est une évidence et c'est pour cela que cela ne se fera pas", a ironisé Marcel Cheron (Ecolo). Georges Dallemagne (cdH) s'est voulu moins pessimiste.