Le nudien Jérôme Jolibois est candidat aux élections communales

par pauline deglume

BRUSSELEIR ? NON, PEUT-ÊTRE… Jérôme Jolibois est candidat sur la liste Ecolo à la Ville de Bruxelles pour les élections communales de 2012. L’occasion pour nous de rencontrer le naturiste le plus célèbre de la capitale. Les noctambules reconnaîtront directement celui qui se surnomme également Jérôme Naturel et que l’on croise régulièrement en tenue d’Adam au K-Nal ou chez Madame Moustache.

Ce conseiller en organisation d’entreprise et père de famille, 47 ans depuis hier, affirme avoir toujours aimé vivre dans le plus simple appareil. “Même enfant, on me mettait un pyjama et je l’enlevais sans m’en rendre compte pendant la nuit” , raconte celui qui se qualifie de nudien, c’est-à-dire nudiste au quotidien. Jérôme Jolibois a commencé à pratiquer le nudisme dans des cercles d’amis avant de déambuler nu comme un ver dans les rues du centre-ville. Militant mais pas prosélyte, Jérôme Naturel cherche simplement à faire accepter son mode de vie et délivre un message : “Il y a beaucoup de choses que l’on croit impossibles mais qui ne le sont pas. Il faut simplement aller au bout de ses idées, pas à pas.”

Le militantisme nudien ne faisant pas partie du programme des Verts, Jérôme Jolibois ne tombera pas la chemise pour faire campagne. Il va aux élections avec l’envie qu’Ecolo soit dans la majorité pour insuffler sa dynamique, à savoir comment mieux vivre en ville. Son créneau ? La mobilité douce pour laquelle il milite dans diverses associations.

L’écologiste est d’ailleurs l’un des organisateurs de la Cyclonudista, un événement lors duquel des cyclistes nus ou déguisés sensibilisent la population à la sécurité sur les routes. “La nudité permet de se faire remarquer et symbolise la vulnérabilité car les cyclistes n’ont pas de carrosserie. C’est aussi synonyme de liberté” , indique le candidat vert qui estime que notre capitale affiche un sacré retard en ce qui concerne les aménagements cyclables.

Mais ce Bruxellois d’adoption ne regrette pas pour autant son Paris d’origine. “Les Bruxellois sont plus ouverts, très curieux. Je ne suis pas certain que j’aurais pu être nudien à Paris.”



© La Dernière Heure 2012