Un diplomate du Koweït et son épouse ont été condamnés mercredi par le tribunal correctionnel de Bruxelles à deux ans de prison, une amende de 12.000 euros et 33.000 euros de dommages et intérêts pour avoir exploité pendant des mois leur aide-ménagère éthiopienne. Le tribunal a estimé qu'elle avait été "traitée comme une esclave".

Cette dernière, réfugiée au Koweït, était entrée au service du couple de diplomates via des trafiquants d'êtres humains et avait été séquestrée à leur domicile pendant près d'un an. Elle ne pouvait manger que les restes, n'avait reçu aucun vêtement ou soin médical et était constamment rabaissée par la famille. Le couple avait par ailleurs confisqué ses papiers et son GSM. L'aide-ménagère avait finalement pu s'enfuir un soir, après qu'une clé avait été laissée sur une porte.

Le couple de diplomates n'a pas assisté à l'audience et a été condamné par défaut.