Un canular d'une fête organisée au Bois de la Cambre a rassemblé entre 1.500 et 2.000 jeunes ce jeudi . La police a dû intervenir et la situation a rapidement dégénéré. Sur les réseaux sociaux de nombreuses vidéos circulent depuis hier illustrant les confrontations entre les fêtards et les forces de l'ordre.

Parmi celles-ci, une séquence filmée par un vidéaste de la DH est devenue particulièrement virale. On y voit une petite dizaine de policiers charger les fêtards avec leurs chevaux. Une jeune femme qui ne les avait pas vu arriver se retrouve alors expulsée au sol par l'un d'entre eux. Elle y reste allongée un long moment, inerte, pendant que les personnes alentour accourent vers elle. Cette scène est à visionner à partir de 2'38" sur la vidéo ci-dessus.

© BAUWERAERTS DIDIER

La police réagit

La porte-parole de la zone de police de Bruxelles n'a pas voulu réagir directement à la vidéo. " Comme d'habitude dans une séquence vidéo, nous n'avons qu'une part de l'histoire ", souligne-t-elle. Celle-ci rappelle néanmoins que la charge des cavaliers ne se fait qu'après de nombreuses sommations et seulement après que la première ligne de policiers ne soit intervenue.

" Nous intervenons en plusieurs phases. Il y a d'abord des messages d'avertissement pour demander aux gens de se disperser. Si le message n'est pas compris, la police de première ligne, à pied, intervient. Si des personnes reviennent, nous faisons alors intervenir la deuxième ligne avec les cavaliers et les maîtres chien pour protéger les collègues ", explique-t-elle. Celle-ci invite en revanche les gens qui estiment qu'ils ont été violentés durant cette intervention à le faire savoir.

À l'heure actuelle, la porte-parole n'a pas connaissance d'une plainte déposée à ce sujet auprès de la police de Bruxelles.

La ministre de l'Intérieur va examiner les images

La ministre de l'Intérieur Annelies Verlinden (CD&V) a quant à elle fait savoir qu'elle allait enquêter sur les images de l'incident. " L'action de la police doit bien sûr toujours être proportionnelle", a-t-elle déclaré à nos confrères de VRT NWS.

La ministre souligne toutefois que la police a d'abord appelé les gens à quitter le parc à l'aide d'un drone, et n'a utilisé des moyens plus punitifs qu'après que les jeunes les aient bombardés de toutes sortes de projectiles.