Bruxelles

Dans le cadre de la semaine de la mobilité dédiée cette année à l'impact de la circulation routière sur la qualité de l'air, environ 1200 enfants ont réalisé un flash mob baptisé "Air For Schools" sur l'avenue Charles Quint à Bruxelles.

L'ambiance était festive ce matin sur l'avenue Charles Quint. Bien contents de ne pas être en classe, des centaines d'enfants occupent deux bandes de l'avenue, fermées à la circulation et réservées aux élèves. Sous le soleil, ceux-ci se préparent à faire le show. Certains répètent leurs pas de danse, d'autres discutent, impatients que le signal de départ soit lancé. Tous portent des masques contre la pollution, sur lesquels certains ont écrit des revendications. "C'est la rue la plus polluée de Bruxelles ! On veut que les gens fassent plus attention pour qu'on puisse respirer un air plus pur", explique l'un d'eux.

A 10h30, Wim Vandekeybus monte enfin sur scène. Le danseur du groupe Ultima Vez attrape un micro et salue les 1 200 élèves amassés devant lui. "Est-ce que vous êtes chauds ?" La foule d'enfants n'attend pas la fin de sa phrase pour crier et sauter dans tous les sens, sous le regard amusé des parents et des passants. Leur téléphone à la main, ces derniers filment la scène, histoire d'immortaliser l'instant. Après quelques pas d'échauffement, Wim lance la musique et guide sa troupe sur les pas d'une danse intitulée "Live On Air".

Organisée par le collectif de parents d'élèves Filter Café Filtré à l'occasion de la Semaine de la mobilité, la mobilisation vie à souligner l'impact de la mobilité sur la qualité de l'air. Partenaire de l'événement, Bruxelles Mobilité rappelle que 632 décès prématurés en 2018 à Bruxelles ont été attribués à la mauvaise qualité de l'air. La mobilité automobile est notamment responsable de 69% des émissions de gaz nocifs et de 50% des émissions des particules fines.

"La qualité de l'air est un enjeu crucial pour notre société, mais encore plus pour nos enfants, qui sont plus sensibles que les adultes à la pollution", expliquent les organisateurs. Leur principale revendication : la création de nouvelles rues scolaires, dans lesquelles la circulation automobile est interdite aux heures d'entrée et de sortie des élèves à l'école.

En amont du flash mob, les organisateurs ont présenté les conclusions d'un workshop axé sur la mobilité de l'avenue Charles Quint qui rassemblait des architectes, des riverains ou encore des instituteurs du quartier. Des propositions ont été faites pour revoir l'aménagement de la voirie. Il a par exemple été envisagé de créer une allée centrale végétalisée, de mettre en oeuvre un échangeur multimodal au niveau du centre commercial Basilix pour encourager les automobilistes venant de l'autoroute à délaisser leur voiture en entrant dans Bruxelles, de céder le tunnel aux transports en commun ou encore de délester les abords du parc Elisabeth de ses nombreuses places de parking. Des visuels de l'avenue Charles Quint avant et après les transformations proposées ont été montrés aux élèves.