L’un des deux consortiums encore en lice dans le cadre de Neo propose un parc d’attractions comme offre de loisir.

L’un des consortiums privés encore en lice pour rafler le réaménagement du Heysel, le fameux projet Neo, inclurait dans sa proposition un parc d’attractions sur le thème de Spirou. C’est en tout cas ce que le journal L’Écho annonçait dernièrement. Le parc s’inscrirait dans la proposition de l’un des consortiums de ce que l’on appelle Neo 1.

Un projet qui va profondément modifier le visage du quartier dans les années à venir avec la construction d’un vaste centre commercial, des surfaces de bureaux, de logements, des surfaces Horeca et de loisirs. C’est dans le cadre de ce dernier volet que le parc d’attractions sur le thème du célèbre personnage de Franquin pourrait être créé. Aboutissement souhaité : 2024-2025.

L’information dévoilée par L’Écho reste néanmoins au conditionnel car, pour le moment, il reste encore deux consortiums en lice pour la réalisation de la première phase de Neo (Hammerson-Soficom-Codic et Unibail-Rodamco-Besix-CFE). Mais le suspense sera de courte durée puisque Ville et Région nous annoncent un lauréat pour le 25 avril prochain.

Si à cette date, c’est l’offre avec le parc Spirou qui est choisie, ce serait une bien mauvaise nouvelle pour Océade et Mini-Europe car les attractions auraient beaucoup de mal à coexister. Selon l’Écho, elles ne feraient tout simplement pas partie du projet du consortium. Le groupe Kinepolis a, quant à lui, déjà assuré ses arrières en veillant à l’insertion de ses activités dans chacun des projets. De toute façon, le bail du multiplexe n’arrivera à échéance qu’en 2025.

Quant à la deuxième phase de Neo, qui concerne un centre de congrès de 5.000 places et un hôtel de 250 chambres, trois candidats sont toujours en lice pour en obtenir le marché. La désignation du lauréat ne devrait pas intervenir avant la fin de cette année.