Bruxelles Delphine Chabbert (4e sur la liste PS) veut remédier à une "situation d’urgence".

"Un appel à la mobilisation générale pour les familles monoparentales !" Voici ce que demande Delphine Chabbert (ex-Ligue des Familles et 4e sur la liste PS à Bruxelles). "Nous sommes dans une situation d’urgence", alerte la candidate. "Cela va finir par nous péter à la figure si l’on ne fait rien pour ces près de 65 000 familles bruxelloises (1/3 des familles avec enfant selon l’Ibsa, NdlR) . Ces parents seuls avec un ou des enfants - 86 % des femmes - sont des candidat(e)s magnifiques au burn out parental", poursuit-elle, déplorant dans la foulée qu’aucune solution collective structurée n’ait jamais été pensée à Bruxelles. "De nombreux parents seuls sont en train d’exploser. Au final, ce sont les enfants qui trinquent derrière."

Les problèmes de ces femmes vivant seules avec un ou plusieurs enfants sont d’abord financiers. "Elles manquent très souvent de ressources financières. Bien souvent, ces mamans manquent aussi de temps pour elles et pour leurs enfants. Elles manquent encore d’une aide adaptée à leur situation."

Pour remédier à la situation, Delphine Chabbert propose un Plan Marshall des familles monoparentales. Et égrène quelques propositions qu’elle clamera durant la campagne. En espérant que le PS en fasse une priorité car "aucun parti - tous confondus - n’a pris la mesure de l’évolution des modèles familiaux".

Elle propose ainsi un service de garderie gratuit, financé par des bons ONE, les soirs et week-ends pour permettre aux parents de s’organiser dans leur travail. Elle aimerait également imposer la gratuité en garderie scolaire quel que soit le revenu du parent seul, offrir deux stages gratuits par an et par enfant pour les parents solo à faible revenus. Là encore, cela pourrait se faire via des bons ONE ou communaux.

Delphine Chabbert insiste enfin pour que l’on construise des crèches dans les bassins où les familles monoparentales sont les plus nombreuses. "On dispose d’une cartographie très précise des familles monoparentales à Bruxelles. Et l’on voit que c’est là que le taux de couverture en crèches est le plus bas. La monoparentalité doit être un critère de programmation. De même, les familles monoparentales doivent être prioritaires dans ces crèches."