Ces derniers continuent d'insister sur le danger que représente ce gaz inodore et sur l'importance de prendre les précautions nécessaires. C'est un membre de la famille qui n'avait plus de nouvelles du septuagénaire depuis un certain temps qui a informé la police de Bruxelles-Nord (Schaerbeek, Evere et Saint-Josse-ten-Noode). Les agents se sont ensuite rendus à l'appartement de l'homme, situé au premier étage d'un immeuble de la rue du Bois Sauvage, et ont découvert le corps sans vie de l'intéressé.

La victime était déjà décédée depuis un certain temps, ont constaté sur place les ambulanciers, qui ont alors mobilisé leurs collègues pompiers étant donné les niveaux élevés de CO mesurés dans la maison. Il y en avait jusqu'à 0,1% dans l'air présent, ce qui peut entraîner la mort après une exposition de plusieurs heures.

Au deuxième étage, les services d'urgence ont découvert un habitant conscient et légèrement intoxiqué, dont les jours n'étaient donc pas en danger.

"Aucune source de CO n'était présente au deuxième étage", selon le porte-parole des pompiers de Bruxelles, Walter Derieuw, "ce qui indique que le gaz toxique avait pénétré par des fissures et des crevasses dans l'appartement du dessus". "La cause probable de l'intoxication est le dysfonctionnement d'un vieux convecteur à gaz. Les compteurs de gaz ont été fermés et scellés par Sibelga", a-t-il encore indiqué.

Pour éviter de tels cas, les hommes du feu recommandent d'assurer un apport d'air frais et une ventilation et de faire installer un appareil homologué par un technicien reconnu, qui effectuera également l'inspection obligatoire et l'entretien régulier. L'évacuation des gaz de combustion doit également se faire conformément à la réglementation et être contrôlée. Enfin, les pompiers conseillent aussi de prêter attention aux avertissements en matière de CO de l'IRM.