Une initiative qui fait partie du programme "Touche pas à ma pote"

BRUXELLES Nouveau maillon dans la campagne lancée contre le harcèlement à l'égard des femmes sur l'espace public à Bruxelles: à partir du 23 novembre et durant six mois, un tram de la ligne 4 reliant la gare du Nord à la rue de Stalle, au sud de la capitale, sera décoré sur le thème central de la campagne de lutte contre le harcèlement de rue à l'égard des femmes., "Touche pas à ma pote". Axée plus largement sur la dénonciation du sexisme au quotidien, "Touche pas à ma pote". est née au cours de l'été dernier.

Un coin du voile sur cette nouvelle initiative promotionnelle a été levé vendredi par la ministre de l'Egalité des Chances au gouvernement de la fédération Wallonie-Bruxelles, Fadila Laanan, invitée de "L'interview" sur Télé-Bruxelles.

Renseignements pris, cette campagne mobile est soutenue, hormis par l'asbl "Touche pas à ma pote", créée en décrochage du magazine "Elle Belgique", par les cabinets Milquet (fédéral), Laanan, Kir (Commission Communautaire française de Bruxelles, et De Lille (Région bruxelloise). Ceux-ci ont tous voie au chapitre en matière d'Egalité des Chances.

La rédactrice en chef du magazine Elle, Béa Ercolini, cheville ouvrière de l'asbl, a rappelé vendredi que la démarche trouvait son origine dans la diffusion, durant l'été dernier d'un film-reportage de Sofie Peeters, une étudiante néerlandophone habitant le centre de Bruxelles. Ce document révélait, à l'aide d'une caméra cachée, le harcèlement et les insultes auxquelles elle, comme de très nombreuses autres femmes, devait faire face en sortant de chez elle.

La campagne "Touche pas à ma pote" lancée par Elle Belgique a suscité des réactions de soutien de centaines de femmes publiques ou anonymes.
La STIB a décidé d'entrer elle aussi dans la danse dans le contexte de ses campagnes de respect. Elle offrira les flancs du tram et les arrondis de plafonds intérieurs comme espace de promotion de la campagne.

© La Dernière Heure 2012