"Quelle pétillance, quelle couleur, quelle teneur en alcool ?". Les brasseurs de En Stoemelings ont posé des questions aux représentants des quartiers de Bruxelles centre, de Laeken, Neder-Over-Heembeek et Haren pour composer la bière la plus bruxelloise possible. La Ville de Bruxelles a demandé à cette brasserie bruxelloise, installée à Laeken depuis quatre ans, de composer une bière pour fêter le centenaire de la fusion des trois quartiers de Laeken, Neder-Over-Heembeek et Haren au centre ville de Bruxelles qui a eu lieu le 30 mars 1921. La dégustation aura lieu le 3 juillet, selon les restrictions sanitaires en vigueur. "Nous aurions aimé organiser un gros événement festif mais avec la crise sanitaire, on a du revoir nos plans, précise Delphine Houba, (PS) échevine de la culture de la Ville de Bruxelles. Pour garder un lien avec nos quartiers et pour honorer la convivialité bruxelloise, on a eu l'idée de créer cette bière centenaire. On voulait quelque chose à la fois de marrant et de participatif". Un panel de quatre personnes, une personne par quartier, s'est donc réuni ce mardi après-midi, avec l'échevine et l'équipe de Brussels Major Events, à la brasserie En Stoemelings pour un brainstorming houblonné.

La brasserie a présenté un échantillon de quatre bières différentes, une blanche avec du jasmin, une pils classique, une saison avec trois céréales et de la verveine et une IPA. "C'est une bière à la mode avec un houblonnage différent, hors d'Europe", explique le manager Denis Van Elewyck. Ces bières ont pu orienter les testeurs sur les notes qu'ils aimeraient avoir dans la mousse. "Je verrai bien un bière plus féminine, plus fruitée, confie Manu Van Stippen, gérante de Chez Jef (et fille de Jef), meilleur fritkot de Bruxelles à Neder-Over-Heembeek. J'aime bien la Kriek par exemple. Je n'aime pas trop l'amertume". Au contraire, David Godart, du Petit Lion, rue Haute, aimerait un peu d'amertume. "Le Bruxellois est amère, vivant". Pour Walter Vermander du café harenois, l'amertume ne doit également pas être présente. "Si on parle d'annexion, la bière est amère et trouble. Il faut donc qu'elle soit plutôt fruitée et qu'elle plaise à tout le monde".

Sur ce point, tout le monde est d'accord: Il faut une bière légère qui plaise à tous les Bruxellois. "Comme c'est une bière qui sera proposée sur les événements de la ville, il ne faut pas qu'elle déglingue", dit-on du côté de Brussels Major Events. Le manager de En Stoelemings conclut : "Une bière blonde chaleureuse avec une note florale.. Pas plus de 6 degrés c'est suffisant pour pouvoir en boire deux. Une pour la soif et une pour la dégustation. Ce n'est pas la teneur en alcool qui donne le caractère d'une bière". Pour fabriquer la bière Centenaire, les brasseurs ont besoin de minimum deux mois. En attendant, les ambassadeurs des quartiers pourront réfléchir avec la Ville à un nom et un packaging.