Il s'agissait de la première manifestation d'un collectif rassemblant la Belgium Uyghur Association et plusieurs associations de jeunes : Just Human It, Les Ambassadeurs d'expression citoyenne, Auxilio (association d'étudiants de la Vrije Universiteit van Brussel) et l'Union des Étudiants Juifs de Belgique.

Les manifestants ont prévu deux autres actions. La prochaine aura lieu le 6 mars à Anvers et aura pour objectif de dénoncer plus particulièrement les agressions sexuelles dont sont victimes les femmes ouïghoures. Une troisième action aura lieu le 11 mars, de nouveau devant l'ambassade de Chine à Bruxelles, située sur l'avenue de Tervuren à Woluwe-Saint-Pierre. "C'est la jeunesse qui porte maintenant ce combat en Europe. Les droits de l'homme ne sont absolument pas respectés en Chine et nous avons l'impression que nos gouvernements passent à côté de l'enjeu", a déclaré Sacha Guttmann, président de l'Union des Étudiants Juifs de Belgique. Les Ouïghours, une minorité turcophone à majorité musulmane dans la province chinoise de Xinjiang, sont persécutés par le régime chinois depuis de nombreuses années. Certains sont détenus dans des camps d'internement, d'autres sont soumis au travail forcé. Des femmes sont contraintes à avorter et le patrimoine ouïghour, en particulier les lieux de culte, est systématiquement détruit. La situation est régulièrement dénoncée par de nombreuses organisations de défense des droits humains.