Une personne est décédée et trois autres ont été gravement blessées dans l’effondrement partiel d’un bâtiment en chantier ce 15 décembre vers 8h. Les faits se sont produits dans un bâtiment vide en chantier de la chaussée de Waterloo à Saint-Gilles, à deux pas de la Barrière.


"C’est un accident en raison d’éléments instables dans le bâtiment, qui est en chantier », confirme Sara Henderickx, porte-parole de la zone de police Midi. « Il y a plusieurs blessés. Les pompiers sont sur place pour sécuriser le bâtiment".

© Julien RENSONNET

Un gros déploiement de secours a en effet été dépêché. Plusieurs camions de pompiers, un SMUR et des ambulances stationnaient tous gyrophares allumés. "Il y a malheureusement une personne décédée et 3 blessés graves sont transférés vers les hôpitaux", confirme Walter Derieuw, porte-parole des Pompiers de Bruxelles. Il s’agit d’ouvriers qui travaillaient sur le site : ils ont été ensevelis. Deux autres hommes sont sortis indemnes. Les pompiers se sont assurés qu’il n’y avait plus personne dans le bâtiment.



"J'ai entendu des râles"


" Je suis allé boire un café et en revenant, j’ai entendu un énorme bruit et ressenti un tremblement intense", témoigne un riverain. "Des étages se sont effondrés, comme un chateau de cartes. J’ai entendu des râles, ils criaient, au moins deux voix. Pour moi, ce sont plusieurs tonnes de gravats qui se sont effondrées, je dirais 8 à 10 tonnes", assure l’homme, qui travaille dans la construction. "Sans doute n’ont ils pas suffisamment étançonné". 

Par ailleurs, un segment de la chaussée de Waterloo a été bouclé par la police. Il s’agit du pan entre le carrefour avec les rues Dethy et Coenen et la Barrière. En conséquence, de gros embarras de circulation sont observés aux alentours de 8h30. Tout le trafic est dévié via la rue Hôtel des Monnaies. C’est le cas du bus 52 de la STIB qui est dévié entre Parvis et Barrière.

Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances exactes de cet éboulement.

© ENNIO CAMERIERE

© Julien RENSONNET

© Julien RENSONNET

© Julien RENSONNET