Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, le secteur culturel, comme celui de la nuit et de l’événementiel, clame, non sans raison, être l’oublié de la crise sanitaire. Nombreux sont les acteurs impliqués à souligner l’absence ou le manque d’aides suivants les cas. S’il est acquis que des discussions ont lieu en coulisses, il est vrai que lors des conférences de presse, qu’il s’agisse de celles du CNS puis de celles du comité de concertation, la question est à peine abordée, jamais détaillée.

Ce mardi, le ministre de l’Emploi de la région bruxelloise Bernard Clerfayt et le directeur général d’Actiris ont cependant annoncé avoir reconduit l’aide exceptionnelle déjà débloquée cet été pour les travailleurs du secteur. Ils étaient 1572, de même que 246 organisations, à avoir bénéficié d’une enveloppe de plus de deux millions d’euros.

Non seulement la mesure est prolongée mais elle voit ses forfaits augmenter.

  • 2 000 euros maximum pour les travailleurs ayant bénéficié entre le 1er juin et le 30 septembre 2020 de revenus s’élevant à 3000 euros nets ;
  • 1 500 euros maximum pour les travailleurs ayant bénéficié entre le 1er juin et le 30 septembre 2020 de revenus s’élevant à 4000 euros nets ;
  • 1 000 euros maximum pour les travailleurs ayant bénéficié entre le 1er juin et le 30 septembre 2020 de revenus s’élevant à 5000 euros nets.

Bonne nouvelle également pour ceux qui n’auraient pas encore bénéficié de la première aide proposée pour la période du 13 mars au 31 mai, ils peuvent introduire une demande pour les deux primes.

Pour y accéder, les personnes concernées doivent se rendre sur le site d’Actiris sur lequel toute la procédure est indiquée. Les aides seront versées dans le courant du mois de décembre.