L'avocat général Yves Moreau a requis, mardi matin, devant la cour d'assises de Bruxelles, une peine entre 20 et 22 ans de prison à l'encontre de Gheorghita-Iulian Zaharia, pour meurtre. Lundi soir, le jury a déclaré cet homme de 34 ans coupable d'avoir volontairement tué sa compagne, Ulfet Akgül, en janvier 2018 à Schaerbeek. L'avocat général a mis en avant différents éléments qui, selon lui, doivent conduire le jury à prononcer une peine entre 20 et 22 ans de prison à l'encontre de Gheorghita-Iulian Zaharia. Il a notamment rappelé la force et la détermination dont cet homme a dû faire preuve pour étrangler la victime au point de fracturer les cornes thyroïdiennes, mais aussi les liens et le sac en plastique qu'il a utilisés pour être sûr que la victime meure.

L'avocat général a également demandé aux jurés de tenir compte de la personnalité de l'auteur, notamment de son mépris pour les femmes qu'il a rencontrées dans sa vie, et de son comportement après les faits, entre autres avoir montré une photo du cadavre à un proche sur un réseau social et avoir, dans ses messages, insulté la victime.

Ulfet Akgül, âgée de 43 ans, a été retrouvée morte dans son appartement, avenue du Diamant à Schaerbeek, le 10 janvier 2018 vers 18h00. Elle se trouvait dans son lit, sous une couette, la tête enveloppée dans un sac en plastique serré autour du cou, et les pieds et poings liés.

Les médecins légistes ont déterminé que la mort remontait à environ 48 heures, soit au 8 janvier en soirée, et que la cause principale était une asphyxie provoquée par des manœuvres de strangulation.

Les enquêteurs ont également appris par la meilleure amie de la victime que cette dernière vivait depuis deux mois avec un homme prénommé Iulian. Celui-ci s'était installé chez elle. Ulfet lui avait toutefois confié qu'elle commençait à ne plus supporter son petit ami et lui avait demandé de quitter son appartement.

Gheorghita-Iulian Zaharia a été arrêté le 18 janvier à Lille (France), repéré parce qu'il utilisait les cartes bancaires de la victime.

Dès sa première audition, il a avoué avoir étranglé Ulfet Akgül, durant la nuit du 8 au 9 janvier 2018, à la suite d'une dispute au cours de laquelle Ulfet l'a agressé physiquement. Il a dit avoir ensuite allongé le corps sur le lit, et avoir, après le décès, attaché ses pieds et ses mains avec de la ficelle puis lui avoir mis un sac en plastique sur la tête, présentant cela comme un geste irrationnel.

Un homme a en partie assisté à la dispute du couple le soir du 8 janvier, alors qu'il raccompagnait Ulfet Akgül, ivre, chez elle. Il a confirmé qu'elle avait frappé à plusieurs reprises son compagnon.

Le jury et les juges de la cour sont entrés en délibération sur la peine et rendront leur verdict dans la journée.