Le magazine Medor dévoile l'usage, sans justificatif, de la carte bancaire de l’Ecole des jeunes par son président. 

L’échevin molenbeekois Abdellah Achaoui pioche-t-il allègrement dans les subsides régionaux octroyés à l’école des jeunes de l’Union Saint-Gilloise  ? C’est, en substance, ce qu’écrit le magazine Medor hier lundi, s’étonnant de nombreux retraits d’argent effectués, sans justification, avec la carte bancaire de l’ASBL Ecole des jeunes de l’Union Saint-Gilloise dont il est le président.

“Au distributeur de l’agence Belfius de la Barrière de Saint-Gilles, Achaoui a retiré quelque 6 500 €, le 8 novembre 2019. Il a utilisé pour cela la carte de l’ASBL de l’École des jeunes”, écrit Medor. “En quelques minutes, le vendredi 29 novembre, M. Achaoui est reparti avec un peu plus de 2 500 € d’argent cash, en six opérations. Aucune justification n’accompagne ces retraits. Or, la veille, le 28 novembre, l’ASBL de l’École des jeunes avait touché la première tranche du subside régional de 200 000 euros annuels (160 000 €).” Medor fait également part du fait qu’Achaoui récupérait systématiquement la caisse bleue des entrées payées par les parents.

2 000 € par mois en plus de son salaire d’échevin

Le socialiste est président et administrateur délégué de l’École des jeunes depuis mi-2019. Il est également trésorier faisant fonction et le principal responsable sportif du club saint-gillois. Alors qu’il a toujours juré ses grands dieux qu’il n’était pas rémunéré, Medor a découvert qu’il touchait 2 000 € par mois pour ce job. En plus son salaire d’échevin. Grand protégé de Philippe Moureaux, Abdellah Achaoui assure partout être très proche de l’échevine saint-gilloise du Sport Cathy Marcus (PS).

L’intéressée nuance. “Effectivement, je connais très bien Abdellah Achaoui mais nous ne sommes pas si proches qu’il ne le dit. Je n’ai aucun pouvoir pour aller dire au propriétaire de l’Union d’embaucher telle ou telle personne.” Cathy Marcus assure encore avoir découvert hier qu’il était rémunéré par le club. “Je l’ai appris en lisant l’article ! Il m’a toujours confié qu’il faisait ça bénévolement. Je tombe de ma chaise !”

À Molenbeek-Saint-Jean, on découvre aussi le dossier. “On tombe un peu des nues. Nous sommes en train de prendre connaissance du dossier”, annonce Rachid Barghouti, porte-parole de la bourgmestre de Molenbeek Catherine Moureaux (PS). “Maintenant, on cherche à avoir plus d’informations. Nous jouerons la transparence à 100 % donc, si ce qu’écrit Medor est juste, notre réaction sera sans équivoque. D’ici là, attendons d’avoir plus de précisions.”

Des retraits à la demande de la direction ?

Ces pratiques sont-elles monnaie courante ? Qu’a fait l’échevin avec ces retraits en cash ? L’échevin molenbeekois devra répondre à de nombreuses questions s’il veut sortir la tête haute de cette affaire. Au club, on réagira “en temps voulu”, assure l’attaché de presse, qui y voit plus “une tempête dans un verre d’eau voire des petites attaques entre politiciens” qu’un gros scandale. D'après nos informations, ces retraits en cash auraient été réalisés à la demande de la direction du club pour le fonds de caisse de la billeterie.

Abdellah Achaoui n’est pas le seul socialiste membre du CA de cette école de jeunes forte d’environ 500 familles. Un potentiel électoral trusté par les socialistes depuis de nombreuses années. À tel point que certaines et certains s’y croient un peu chez eux. Témoin, la présidente du CA de l’ASBL et candidate PS aux dernières élections communales Sophie Berthelon avait même partagé le clip de campagne du PS sur la page Facebook de l’École des jeunes, avant de le retirer quatre jours plus tard…

Outre cette attirance pour le cash, Abdellah Achaoui subit également les foudres du personnel de l’école des jeunes. “Cela fait plusieurs semaines que j’entends qu’il y a des problèmes. J’ai reçu quasi tous les membres du personnel. Abdellah Achaoui a dû se faire pas mal d’ennemis. Il a un tempérament assez trempé”, poursuit Cathy Marcus, tout en rappelant que la commune de Saint-Gilles ne fait que louer l’infrastructure au club et ne s’immisce pas dans sa gestion.

Une Audi A6 à 45 000 €

Abdellah Achaoui avait déjà fait jaser les médias voici une bonne dizaine d’années. En 2008, La DH écrivait ainsi que l’édile était amateur de… belles choses. Lorsqu’il a rejoint la liste PS, après être passé par le PRL et le SP.A, Abdellah Achaoui a été placé vice-président de l’IBDE (intercommunale bruxelloise des eaux, aujourd’hui Vivaqua). Achaoui a alors fait acheter par l’institution publique une Audi A6 qu’il a munie d’options les plus luxuriantes pour plus de 13.000 €. La seule peinture de son carrosse a coûté 4.500 €. Tout cela a fait monter la facture de la voiture de fonction à 45.000 €. Sans oublier un revenu mensuel de 2 000 € par mois pour la vice-présidence et un GSM de fonction à 700 € (nous sommes en 2008). 843 voix de préférence, obtenues à l’arraché lors du scrutin du 8 octobre 2006, écrivait notre chroniqueur à l’époque.